“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Le musée océanographique de Monaco lance le 8 juin une expo géante sur les requins

Mis à jour le 16/04/2013 à 15:56 Publié le 16/04/2013 à 12:00
Les requins seront les stars de cette nouvelle exposition. Le but : changer leur image.

Les requins seront les stars de cette nouvelle exposition. Le but : changer leur image. Eric Dulière

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le musée océanographique de Monaco lance le 8 juin une expo géante sur les requins

Plus qu'une exposition, une véritable mission d'information. «Requins : l'expo-sensation» du Musée océanographique de Monaco, qui débutera le 8 juin pour la journée mondiale des océans, est bien plus qu'une nouvelle étape dans sa prestigieuse muséographie.

Plus qu'une exposition, une véritable mission d'information. «Requins : l'expo-sensation»  du Musée océanographique de Monaco, qui débutera le 8 juin pour la journée mondiale des océans, est bien plus qu'une nouvelle étape dans sa prestigieuse muséographie.

Il est en effet question ici de changer totalement les mentalités face au squale tant redouté dans un but finalement très simple : sauver l'écosystème des océans.

Et c'est cette mission que Robert Calcagno, directeur général de l'Institut océanographique, se fixe en priorité :« Les requins sont des éléments indispensables de la chaîne alimentaire. Placés tout en haut de celle-ci, ils la contrôlent en éliminant par exemple les poissons malades. Et malheureusement, ils sont très menacés par l'homme. La pollution et la surpêche tuent chaque année 100 millions de requins qui, en 400 millions d'années d'existence, n'ont pas développé de défense puisqu'ils n'avaient pas de prédateurs. De plus, ils ont de petites portées, de un a six bébés seulement. A l'arrivée, leur nombre a diminué de 90% ».

En finir avec le mythe du monstre marin

Le sujet tient particulièrement à cœur du spécialiste, qui va d'ailleurs publier prochainement un ouvrage sur le sujet (nous y reviendrons) sur lequel il a travaillé avec la Monaco Blue Initiative et la fondation du prince Albert II.

Et pour réussir à transmettre son message, il s'appuiera sur une muséographie exceptionnelle : « Même si le travail scientifique réalisé ici est très solide, nous allons nous adresser au cœur de nos visiteurs. Nous voulons créer de l'émotion en montrant des requins vivants ». Avec comme priorité d'en finir avec le fameux mythe du monstre des mers assoiffé de sang humain, qui doit d'ailleurs beaucoup au célèbre Jaws (Les dents de la mer) de Steven Spielberg : « Il n'existe que très peu d'espèces dangereuses pour l'homme. Les requins ne tuent qu'environ 10 personnes par an lorsque les méduses coûtent la vie à plus de cinquante, les noyades à plusieurs milliers, les serpents à 100 000 et les moustiques à 800 000 ».

Le musée s'offrira donc à partir de juin une opportunité unique : celle de pouvoir convaincre des centaines de milliers de visiteurs.

Une mission bien évidemment appuyée par le prince Albert II et que n'aurait certainement pas reniée le prince Albert 1er en 1889 lorsqu'il a définitivement lié Monaco à l'océanographie.

Treize nouveaux squales viennent d'arriver au musée.
Treize nouveaux squales viennent d'arriver au musée. DR/Michel Dagnino/Musée océanographique

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.