Rubriques




Se connecter à

Le martyre de Lucky, vieux chien victime d'un barbare au Broc

Il s'appelait Lucky et il avait 10 ans.

Valérie Allasia Publié le 04/12/2015 à 05:12, mis à jour le 04/12/2015 à 05:12

Il s'appelait Lucky et il avait 10 ans. C'était un vieux pépère qui ne demandait rien à personne, aimé et entouré par une famille pour qui il comptait. Une famille anéantie par ce qu'elle a retrouvé de son chien adoré. »

Sur la page Facebook de la fondation Assistance aux Animaux, les réactions horrifiées se succèdent à la suite du post montrant le corps supplicié d'un vieux chien, retrouvé mardi entre la zone industrielle de Carros et Le Broc.

La fondation a diffusé l'image, masquant son contenu au prime abord pour épargner les plus sensibles. « Pardon à vous qui aimez les animaux de vous infliger de telles visions d'horreur… » dit le commentaire.

Un acte gratuit de barbarie absolue

Quand Lucky, braque mâle de 10 ans n'est pas revenu chez lui à Carros le 19 novembre, son maître ne s'est pas inquiété tout de suite. Le chien avait l'habitude de partir vadrouiller tout seul.

 

Le lendemain, il a lancé des avis de recherche partout où c'était possible. Sans succès. Jusqu'à ce que mardi une connaissance l'oriente vers le fond de la zone industrielle de Carros Le Broc, près du lac et du parc départemental.

Là, un spectacle d'horreur et d'une tristesse infinie l'attendait. Une cruauté insupportable, un acte gratuit de barbarie absolue avait été commis sur le pauvre Lucky. Visiblement mort depuis plusieurs jours, il gisait dans ses excréments. Il avait eu les deux pattes arrières fracturées et avait été scalpé du haut du crâne au thorax à l'aide d'un instrument tranchant. Et il était peut-être encore vivant à ce moment-là selon la Fondation Assistance Aux Animaux, qui a fait examiner la dépouille suppliciée par son vétérinaire. Le maître, désemparé et sous le choc, s'était rendu au refuge de Carros que gère la fondation, ne sachant que faire.

La fondation a saisi le procureur de la République pour « cruauté envers animal », doublant ainsi la plainte du maître de Lucky. Ces faits relèvent du tribunal correctionnel et peuvent être punis par de la prison.

Chargée de l'enquête, la gendarmerie de Carros lance un appel à témoins pour interpeller l'auteur de ces faits (1), tout comme la fondation Assistance aux Animaux (2).

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.