“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Le gouvernement princier rencontre les Alpes-Maritimes pour le bien-être des habitants

Mis à jour le 18/06/2013 à 08:24 Publié le 18/06/2013 à 08:11
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le gouvernement princier rencontre les Alpes-Maritimes pour le bien-être des habitants

Le gouvernement monégasque a reçu ce lundi la Commission chargée des questions locales de coopération transfrontalière entre la Principauté de Monaco et la République française qui se réunissait pour la quatrième fois.

Le gouvernement monégasque a reçu ce lundi la Commission chargée des questions locales de coopération transfrontalière entre la Principauté de Monaco et la République française qui se réunissait pour la quatrième fois. Parmi les personnalités, Michel Roger, Ministre d’État présidait la Commission pour la partie monégasque.

Ses homologues étaient, pour la partie française, par Hugues Moret, ambassadeur de France à Monaco et Christophe Mirmand, préfet des Alpes-Maritimes. Objectif : améliorer la vie économique et sociale des résidents et des habitants des communes limitrophes.

La réunion d’hier a plus particulièrement porté sur des questions qui touchent quotidiennement les résidents de la Principauté et de la région française voisine, comme les transports ferroviaires et routiers ou la santé. Les participants ont également marqué leur attachement à la protection de leur patrimoine naturel commun avec l’évocation de problématiques concernant le milieu marin et la gestion des déchets.    


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.