“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Le gouvernement passe à l'offensive sur le web

Mis à jour le 26/01/2012 à 13:57 Publié le 26/01/2012 à 07:11
Michel Roger, ministre d'état a profité de la conférence de presse de janvier du gouvernement pour dévoiler les nouveaux outils numériques.

Michel Roger, ministre d'état a profité de la conférence de presse de janvier du gouvernement pour dévoiler les nouveaux outils numériques. Eric Dulière

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le gouvernement passe à l'offensive sur le web

Attractivité toujours, en présentant ses vœux à la presse, le ministre d'état a gardé le cap. Pour démarrer l'année, la modernisation de l'Administration passe par le réseau internet.

Attractivité toujours, en présentant ses vœux à la presse, le ministre d'état a gardé le cap. Pour démarrer l'année, la modernisation de l'Administration passe par le réseau internet. Triple coup de fouet dans la communication : un site internet relooké, un compte Twitter et une chaîne vidéo. Le tout pour une « nouvelle gouvernance numérique » ose Michel Roger, parlant d'une « cohérence de ces nouveaux outils ».

Le nouveau portail internet virtuel du gouvernement (www.gouv.mc) se veut « plus ergonomique, tourné vers l'utilisateur avec la possibilité de services en ligne ». Pour plus d'interactivité et de simplicité, le site a été divisé en plusieurs onglets : un dédié à l'action gouvernementale avec un panorama de douze grandes thématiques parmi les missions de l'état. Puis une rubrique consacrée aux institutions. La « grande » nouveauté réside dans le service public : une centaine de fiches téléchargeables « rédigées dans un français très simple » précise Michel Roger, renseignent pour entreprendre diverses démarches administratives. Des téléprocédures sont possibles notamment pour renouveler et payer son estampille. Puis prochainement pour le dépôt des offres d'emploi. Une refonte qui a un coût : 600 000 euros ont été investis pour revoir www.gouv.mc.

www. monacochannel.mc

Le gros morceau de cette nouvelle démarche communicationnelle, c'est le lancement de Monaco Channel (www.monacochannel.mc), « un bouquet de vidéos sur un site internet qui reflètent la vie de la principauté pour mieux nous faire connaître et gagner en visibilité sur les moteurs de recherche ». La chaîne est visible depuis un ordinateur, un smartphone ou une tablette numérique. Pour l'instant, on y trouve des vidéos sur la Fondation Albert II, sur le musée océanographique ou des images d'archives du pays notamment. « L'important est de pouvoir garder un lien avec Monaco, n'importe où dans le monde. Il y a possibilité de regarder Monaco Info, et de revoir les anciens reportages archivés. Il n'y aura pas par contre ni démarche commerciale ni débat politique » insiste Michel Roger.

Dernière création, le gouvernement s'est (enfin !) mis à l'heure de Twitter. Leur compte sur ce réseau social international est animé par une cellule autour du ministre d'état et des référents Twitter choisi dans l'ensemble des services du gouvernement.«C'est un pas de plus dans cette entrée numérique, un espace où le gouvernement peut communiquer et répondre aux gens qui l'interpellent. Nous pourrons faire connaître ce que nous faisons et répondre aux critiques ou aux fausses idées de certains. Compte tenu de la taille de la principauté, on entre dans un dialogue direct entre les nationaux, les résidents et le gouvernement » espère Michel Roger. Ne reste plus qu'à aller surfer !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.