“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Le gouvernement monégasque suit de près le dossier Monaco Telecom

Mis à jour le 28/11/2014 à 07:32 Publié le 28/11/2014 à 07:25
La moitié des salariés de Monaco-Telecom a manifesté son inquiétude mardi midi à Fontvieille. Le gouvernement suit de près le dossier.

La moitié des salariés de Monaco-Telecom a manifesté son inquiétude mardi midi à Fontvieille. Le gouvernement suit de près le dossier. Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le gouvernement monégasque suit de près le dossier Monaco Telecom

L’annonce du plan de départs volontaires de l’entreprise de téléphonie inquiète les salariés. Les services de l’Etat sont mobilisés pour les soutenir dans la mesure du possible

L’annonce du plan de départs volontaires de l’entreprise de téléphonie inquiète les salariés. Les services de l’Etat sont mobilisés pour les soutenir dans la mesure du possible

Près de la moitié des salariés de Monaco Telecom se sont mobilisés mardi matin (lire notre édition d'hier) suite à l'annonce, le 23 octobre dernier, d'un plan de départs volontaires de 35 personnes.

Les négociations semblent bloquées et les salariés déplorent le manque d'informations, notamment quant aux postes qui seraient concernés par ce plan.

Le gouvernement a entamé le dialogue avec l'entreprise et précise : « Dès que nous avons appris que ce plan allait être mis en œuvre, le conseiller de gouvernement pour les Affaires Sociales et la Santé Stéphane Valeri a rencontré le directeur général de Monaco Telecom, accompagné de la directrice des ressources humaines. Il les a de plus revus une seconde fois avec le conseiller de gouvernement pour les Finances et l'Économie, Jean Castellini. »

« Départs volontaires et limités »

« Le message a été très clair : dans la mesure où il s'agit d'une société concessionnaire et que l'État est actionnaire à 45 %, le gouvernement a demandé que ce soit un plan de départs volontaires et limités. Ce qui a été présenté aux salariés par les dirigeants n'était pas acquis au départ. Le plan est fondé, en effet, sur la base du volontariat, à la demande pressante du gouvernement.

Nous avons aussi demandé à ce que les conditions proposées aux volontaires soient les plus favorables possibles. Pour autant, on peut comprendre que les personnels souhaiteraient bien sûr qu'elles soient encore meilleures.

(...) Nous avons donc décidé, de permettre à tous les employés qui feront ce choix du départ, et quel que soit leur lieu de domicile, de bénéficier de l'inscription auprès du service de l'Emploi, et donc de son soutien pour le retour à l'emploi en Principauté. »

Dans ce cadre, Stéphane Valeri a reçu, à leur demande, les délégués du personnel le 21 novembre dernier.

Le message que Xavier Niel, actionnaire majoritaire depuis moins de six mois, fait passer ne semble pas bien perçu. Les salariés ont l'air de penser que la direction comme le gouvernement n'ont plus la main.

« Aucune garantie »

Ce dernier rappelle que « l'actionnaire majoritaire a exposé sa stratégie au gouvernement et au Conseil national sur plusieurs points de progrès de l'entreprise, dans divers secteurs d'activité : internet, fixe, mobile, TV, et les évolutions sont actuellement en cours. La direction, qui a été confortée par Xavier Niel depuis son arrivée, garde la main sur la gestion, les différences avec l'actionnaire précédent l'amenant toutefois à faire évoluer l'entreprise rapidement.

La direction et les représentants du personnel se sont rencontrés de nombreuses fois. Le plan proposé est correct et donne des avantages pouvant aller jusqu'à 6 mois d'indemnités en plus pour les personnes les plus anciennes et les plus âgées qui le souhaitent. »

Cependant, les salariés craignent qu'il y ait un deuxième plan social qui s'enchaîne puisque même si les 35 départs volontaires sont trouvés, ce ne serait pas forcément aux bons postes.

Le gouvernement précise qu'il souhaite que « Monaco Telecom demeure une société de droit privé, dont la gestion appartient à son conseil d'administration. Si l'État participe à ce conseil dans la mesure de sa participation minoritaire au capital de cette société privée, il n'a pour autant aucun pouvoir pour donner de garantie que ce plan de départ volontaire ne sera pas suivi d'un plan de licenciement. »

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.