“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Le gouvernement monégasque relance le projet Testimonio II

Mis à jour le 22/07/2014 à 08:32 Publié le 22/07/2014 à 07:20
A gauche, le site actuel, à droite, le projet que le gouvernement souhaite construire sur le terrain de Testimonio II, à l'horizon 2019.
Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Le gouvernement monégasque relance le projet Testimonio II

Le gouvernement princier a tranché. Il a opté pour une opération comprenant notamment une tour de 156 logements domaniaux, réalisée sous la direction du groupe Marzocco

Le gouvernement princier a tranché. Il a opté pour une opération comprenant notamment une tour de 156 logements domaniaux, réalisée sous la direction du groupe Marzocco

Il s'agit du dernier grand terrain constructible de la Principauté. S'étageant du boulevard d'Italie à l'avenue Princesse-Grace, le Testimonio II couvre une surface de 9.595 mètres carrés.

À l'horizon 2019, l'ensemble devrait accueillir 156 appartements domaniaux, une opération privée, une école, une crèche, des surfaces de bureaux et un gigantesque parking de 1.000 places.

Tel est le visage que le gouvernement princier a choisi de donner à cette dernière « friche » du territoire monégasque. Après consultation de trois propositions, le groupe Marzocco, Vinci Immobilier et des architectes, Alexandre Giraldi et Arquitectonica, ont remporté l'appel d'offres. Le même trio a déjà la paternité de la tour Odéon.

« Un premier grand projet avait déjà été préparé il y a cinq ans, mais il coûtait très cher à l'État. Le gouvernement a choisi de le relancer sur d'autres bases », a expliqué Michel Roger, le ministre d'État, hier matin.

Un temps, le terrain avait été mis en réserve, lors de la désignation de l'emplacement du futur hôpital.

La meilleure place pour les domaniaux

L'opération nouvellement déterminée ne coûterait rien au gouvernement car la partie publique sera financée à 100 % par le promoteur, qui obtiendra en retour des volumes de droits à bâtir sur la parcelle pour son opération privée. Cette solution passe par une loi de désaffectation de cette parcelle, soumise au Conseil national. Le projet de loi a été déposé hier.

Vue la topographie de Testimonio II, en terrasses, le projet est découpé en trois volets. Au niveau de l'avenue Princesse-Grace, un bâtiment de 5 500 m2 sera érigé pour recevoir les 700 élèves de l'École internationale.

Puis, 800 m2 seront dédiés à une crèche (50 berceaux). À l'étage intermédiaire, l'espace au niveau du boulevard du Larvotto accueillera l'opération immobilière privée avec des appartements à la vente.

« Nous avons voulu garder le meilleur emplacement, avec la meilleure vue pour les appartements domaniaux », souligne le ministre d'État.

En effet, la tour de 26 étages, qui doit abriter 156 logements pour les nationaux, sera comme un phare, au niveau du boulevard d'Italie. Autour, le square de 1.000 m2 sera préservé.

Et pourrait servir, dans les années à venir, de réserve foncière pour bâtir une école. Sous les bâtiments, plus d'un millier d'emplacements de stationnements serviront de parking de dissuasion à l'entrée Est de la Principauté.

Pour l'heure, le gouvernement travaille à l'élaboration des contrats avec les groupements retenus, « en mettant l'accent sur le recours à des entreprises monégasques pour réaliser le chantier », souligne Michel Roger.

Prochaine étape : l'étude du projet de loi devant le Conseil national.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.