“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le fondateur des jardineries Castelli à Nice: "Un énorme gâchis"

Mis à jour le 11/05/2014 à 17:01 Publié le 11/05/2014 à 10:01
Marius Castelli, ici en 2008, au moment des travaux d'agrandissement.

Marius Castelli, ici en 2008, au moment des travaux d'agrandissement. archives P. L.

Le fondateur des jardineries Castelli à Nice: "Un énorme gâchis"

Marius Castelli, qui a fondé les jardineries en 1986 à Nice et n'avait cessé de faire fleurir l'entreprise depuis, accuse le coup. Elles ferment définitivement ce dimanche

Marius Castelli, qui a fondé les jardineries en 1986 à Nice et n'avait cessé de faire fleurir l'entreprise depuis, accuse le coup. Elles ferment définitivement ce dimanche

"Il y a de quoi être dégoûté. C'est un énorme gâchis", déplore celui qui, à 73 ans aujourd'hui, "passe presque tous les jours au magasin" suivre le moral des troupes. "La plus grande peine que j'ai, c'est qu'il y avait une très bonne équipe en place. Des employés qui aimaient leur métier, de bons cadres, des gens attachés à leur entreprise. Des gars étaient là depuis 15, 20 ans… Quel désespoir."

>> RELIRE. Les jardineries Castelli ferment définitivement ce dimanche à Nice

Marius Castelli regrette amèrement la tournure qu'ont prise les choses pour ces jardineries qui portent toujours son nom.

Il tient aussi à préciser qu'il n'a "jamais voulu ce qui se passe aujourd'hui".

"Nous avons vendu le fonds de commerce le 18 avril 2011, parce que l'occasion s'est présentée. Il y avait à l'époque une soixantaine d'employés. Deux ans après, la société gestionnaire était déjà en redressement judiciaire. Et une bonne partie des employés a été liquidée. Si j'avais su…"

Quant aux arguments avancés par la direction pour expliquer la situation, il ne les comprend pas. Les charges trop élevées ? "Il faudrait voir toutes les taxes. Le loyer trop cher, c'est faux. Il est tout à fait dans les normes qui se pratiquent dans le secteur, voire inférieur", assure Marius Castelli.

Le Groupe Castelli, dont les enfants de Marius ont pris les commandes, est en effet propriétaire du complexe commercial.

Pour lui, il n'y a qu'une seule explication: "Une erreur d'exploitation."

"Nous avons créé l'affaire en 1986, elle a toujours tourné depuis. Même pendant nos travaux, qui ont démarré en 2007 et ont duré environ quatre ans, nous réalisions des chiffres d'affaires respectables. Et à la fin des travaux, nous faisions en quatre mois plus 20,6 % de chiffre d'affaires", détaille Marius Castelli.

"S'il n'y a pas de repreneur aujourd'hui, c'est parce qu'il n'y a plus de chiffre. Il faudrait deux ans pour faire repartir quelque chose",estime l'ancien pépiniériste qui souhaite qu'une jardinerie finisse par s'implanter de nouveau.

Reprendre l'affaire ? "Les gars sont venus me demander, mais ce n'est pas possible."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.