“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Le conducteur enivré frappe un nonagénaire au passage piéton à Monaco

Mis à jour le 08/12/2015 à 05:07 Publié le 08/12/2015 à 05:07
Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Le conducteur enivré frappe un nonagénaire au passage piéton à Monaco

Quelle agression traumatisante, subie le 11 juillet dernier, vers 15 h, par un nonagénaire qui empruntait tranquillement le passage protégé de la rue Grimaldi, devant la pharmacie Marsan.

Quelle agression traumatisante, subie le 11 juillet dernier, vers 15 h, par un nonagénaire qui empruntait tranquillement le passage protégé de la rue Grimaldi, devant la pharmacie Marsan. Un Beausoleillois de 45 ans, sous l'effet de la boisson, non seulement lui refuse la priorité, mais sort énervé de son véhicule pour le gifler en accusant ce piéton d'avoir frappé sa fille !

Le plaignant, angoissé au point de ne pas venir à l'audience du tribunal correctionnel où devait comparaître Benoît, a contredit toute brutalité par le biais de son conseil. Quant au prévenu, il a été condamné à 800 € d'amende pour conduite en état d'ivresse et cinq jours d'emprisonnement avec sursis pour violences.

« Inadmissible ! »

L'effet a dû surprendre à plus d'un titre le piéton au moment de traverser dans les clous ! Une Smart le frôle, au point de le déséquilibrer. Afin de ne pas chuter, ce même homme s'appuie sur le véhicule… « Le conducteur avait un taux d'alcool de 0,64 mg par litre d'air expiré, relate le président Jérôme Fougeras Lavergnolle. Il n'avait bu que deux verres de grappa, paraît-il. Son casier monégasque est néant. Mais il a déjà été condamné en France… »

Pour la partie civile, défendue par Me Christophe Sosso, c'est l'incompréhension. « Comment le parvenu peut-il accuser mon client d'avoir eu ce geste méprisable envers une petite fille de 8 ans ? Ce coup est né uniquement dans l'imagination alcoolisée de la partie adverse. L'énervement n'a pas arrangé les choses. C'est inadmissible de s'en prendre à une personne de 90 ans ! Nous demandons l'euro symbolique. »

L'analyse du procureur Cyrielle Colle est similaire. « Un tel comportement est extrêmement dangereux. Si l'enfant a pleuré, c'est par peur et non pour avoir reçu un coup. L'attitude délinquante du conducteur a été provoquée par l'alcool. Vous prononcerez une peine de quinze jours avec sursis pour la conduite en état d'ivresse. En revanche, aucune circonstance atténuante pour les violences : cinq jours ferme ! »

Comme le prévenu s'est présenté à la barre à l'issue de son procès, il a été jugé par défaut et le président l'a informé du délai de quinze jours pour faire appel de la décision.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.