“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Laurent Nouvion: "On nous met devant le fait accompli" face au plan de financement de la SBM

Mis à jour le 24/07/2013 à 08:04 Publié le 22/07/2013 à 16:47
La réalisation du projet de restructuration du Sporting d’Hiver est suspendue à l’adoption, par le Conseil national, d’une loi de désaffectation.

La réalisation du projet de restructuration du Sporting d’Hiver est suspendue à l’adoption, par le Conseil national, d’une loi de désaffectation. Repro. E.D.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Laurent Nouvion: "On nous met devant le fait accompli" face au plan de financement de la SBM

Le président du Conseil national regrette la communication du plan de financement des projets immobiliers de la SBM, estimant qu’elle est prématurée et devait rester confidentielle

Le président du Conseil national regrette la communication du plan de financement des projets immobiliers de la SBM, estimant qu’elle est prématurée et devait rester confidentielle

Je regrette que ce communiqué ait été diffusé samedi ». Laurent Nouvion, président du Conseil national, déplore la communication par la Société des Bains de Mer (SBM) de son plan de financement pour le projet immobilier à Monte-Carlo.

La rénovation de l'Hôtel de Paris et la restructuration du Sporting d'Hiver ont été évoquées vendredi dernier au cours d'une commission tripartite avec la haute assemblée, le gouvernement et la SBM. « Cette réunion était confidentielle. Je suis étonné qu'il faille communiquer à ce stade. Nous en sommes encore à l'élaboration du projet. Nous avons l'impression qu'on veut nous mettre devant le fait accompli. Ce ne sont pas des méthodes pour avancer. Le Conseil national restera strictement dans le cadre de ses attributions. Nous faisons confiance à la sagesse des partenaires institutionnels pour sortir par le haut de cette confrontation, par le biais d'un dialogue.»

« Que l'État conserve la main »

Le président du Conseil national n'entend pas se prononcer sur la qualité architecturale du projet, qui a déjà été adoptée.

« Ce projet est intéressant, tant en termes de valeur que du point de vue patrimonial et de l'opportunité, » tient à préciser Laurent Nouvion. « La haute assemblée peut légitimement se prononcer sur ses conditions de financement. Des obligations classiques, en bonne et due forme, auraient pu être proposées par les établissements bancaires de la place.»

Le communiqué de la SBM évoquait une possible augmentation de capital de 180 millions à 250 millions d'euros.

« Cette augmentation de capital ne doit en aucun cas être réservée mais doit être proposée à tous les actionnaires, au premier rang desquels l'État de manière à ce que sa part ne soit pas diluée, » met en garde l'élu.

« Si des personnes souhaitent entrer de manière substantielle dans le capital, il est important que l'État monégasque conserve totalement la main. On a tous en mémoire l'union sacrée réalisée dans les années 1960 entre le gouvernement princier, le Conseil national et la structure de gestion de la SBM qui a nationalisé la société pour neutraliser un actionnaire encombrant (Onassis, Ndlr). »

Poumon social

Pour étayer son propos, Laurent Nouvion n'hésite pas à rappeler que la société constitue un « poumon social. 450 familles en dépendent ! Nous sommes déjà dans une situation compliquée sur ce plan. »

« Nous demandons à ce que le gouvernement joue pleinement son rôle, y compris en tant qu'interlocuteur et partenaire du Conseil national. »

Car l'institution se prononcera sur le dossier. La restructuration du Sporting d'Hiver nécessite de désaffecter une partie du domaine public.

Or la Constitution dispose que cette opération passe obligatoirement par le vote d'une loi de désaffectation. Les élus devront donc se prononcer.

Cependant, le projet de loi n'a pas encore été déposé au Conseil national.

Et son président compte bien l'étudier attentivement.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.