Rubriques




Se connecter à

Laurent Nouvion: "élu pour les Monégasques"

C’était il y a tout juste un an. La liste Horizon Monaco remportait les élections, battant celle du président du Conseil national Jean-François Robillon. Et depuis?...

Propos recueillis par Joëlle Deviras Publié le 10/02/2014 à 07:00, mis à jour le 11/02/2014 à 08:32
Laurent Nouvion : « élu pour les Monégasques  - 24297643.jpg
Après la victoire de sa liste Horizon Monaco le 10 février 2013, Laurent Nouvion est choisi pour présider le Conseil national. C'était le 21 février.

C’était il y a tout juste un an. La liste Horizon Monaco remportait les élections, battant celle du président du Conseil national Jean-François Robillon. Et depuis?...

Après une campagne que l'on pourrait pudiquement qualifier de mémorable, la liste Horizon Monaco remporte la bataille des élections nationales le 10 février 2013. Onze jours plus tard, dans l'hémicycle, Laurent Nouvion est élu président du Conseil national le 21 février 2013*. Aujourd'hui, Laurent Nouvion explique les choix et les méthodes qu'il veut impulser.

Conseiller national de l'opposition, vous avez été propulsé à la tête de la Haute assemblée. La fonction a-t-elle transformé l'homme ?

 

Oui, j'ai mûri. La fonction est lourde. C'est un sacerdoce, une activité de tous les instants, une mission d'intérêt général qui donne des devoirs et des obligations vis-à-vis des compatriotes. Parce que j'ai été choisi, d'abord par les Monégasques, ensuite par les élus, je ressens doublement une obligation de bien faire. Nous avons été élus, non pas pour nous-mêmes, mais pour les Monégasques.

À quoi vous êtes-vous employé dès votre arrivée, en interne ?

L'année a été lourde. Il a fallu choisir la place de chacun. Ce travail est d'ailleurs encore en cours. Je compte prochainement non pas créer un cabinet - qui n'a du reste qu'une valeur réglementaire - mais m'employer à créer une équipe autour de moi et choisir un responsable à cette équipe.

Un chef de cabinet ?

Un chef de quoi ? De lui-même ? Je commence à avoir une idée précise de la réorganisation du fonctionnement du Conseil national. Mais ce n'est pas encore terminé.

Qu'est-ce qui a changé, selon vous, par rapport à l'ancienne équipe, dans le travail quotidien ?

 

La méthode et l'état d'esprit ! Nous ne cherchons pas le sensationnel. Nous voulons démontrer que par une démarche patiente, méthodique, consciente et sérieuse nous obtenons des résultats.

Quelles ont été concrètement vos avancées sur le plan politique ?

De nombreux dossiers sont en cours dans les domaines du logement, des grands travaux, du Fonds de réserve constitutionnel... Des propositions de loi et l'étude de projets de lois sont également en cours.

Le logement ?

On a rendu l'approche qualitative, et non plus uniquement quantitative. Il faut envisager la gestion du parc domanial autrement, c'est-à-dire dans la rénovation, l'inventaire, l'organisation dans les immeubles avec les niveaux les plus bas réservés aux bureaux et aux boutiques, revoir les critères d'attribution, augmenter le nombre de commission d'attribution... Nous voulions une foncière d'État rassemblant les services de l'Habitat et des Domaines. Une personne a été engagée pour faire le lien entre ces deux services. C'est une première étape vers l'amélioration du parc domanial.

Et pour les locaux commerciaux ?

Une commission existait mais ne se réunissait jamais. Depuis un an, quatre ont eu lieu.

 

Vous disiez vouloir, durant la campagne, une gestion meilleure pour le Fonds de réserve…

Le gouvernement est en train d'acter nos propositions. L'idée est de revoir les performances et récompenser les meilleurs. Le conseiller de gouvernement aux Finances a lancé un audit.

Le budget 2 013 se profile excédentaire. De quoi encourager une politique d'investissements…

L'excédent, qui devrait être de 20/25 millions d'euros, n'est pas suffisant face aux investissements très lourds envisagés : l'hôpital, la darse nord, le tunnel descendant, la villa L'Engelin,... Il faut mettre davantage d'argent de côté pour le nouveau CHPG. Parallèlement, les dépenses de fonctionnement augmentent également puisque ces gros travaux nécessitent de la gestion.

Quelles relations avec le gouvernement ?

Nous sommes dans le dialogue. Il faut de la détermination et de la constance.

Quel est le travail législatif en cours ?

 

Une proposition sur le prêt étudiant, une autre sur lefamily office,... Un projet de loi sur le handicap, un autre sur la modernisation économique (SARL, SAM, création d'une « EURL monégasque »...). Ce dernier projet est important pour l'avenir économique du pays. Le texte du gouvernement sera largement amendé.

Une avancée sur les contrats de travail ?

Ça n'est pas au Conseil national d'être proactif sur la question. Il faut être extrêmement prudent considérant la conjoncture. Il n'y aura pas de proposition de loi sur ce sujet. Ce n'est pas à l'ordre du jour avec le gouvernement.

Quel est votre meilleur souvenir de campagne ?

La camaraderie. Les valeurs qui nous ont portés et qui restent nos fondamentaux.

 

(1) La réélection du président doit avoir lieu le 2 avril prochain.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.