“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

La rue des Agaves rebaptisée rue Hubert-Clerissi à Monaco

Mis à jour le 26/11/2014 à 10:32 Publié le 26/11/2014 à 10:25
Le prince Albert II a dévoilé la plaque portant désormais le nom de « rue Hubert-Clerissi ».
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

La rue des Agaves rebaptisée rue Hubert-Clerissi à Monaco

Cette voie du quartier de la Condamine vient de changer de nom pour prendre celui du peintre monégasque qui avait son atelier à deux pas de là

Cette voie du quartier de la Condamine vient de changer de nom pour prendre celui du peintre monégasque qui avait son atelier à deux pas de là

Attribuer le nom d'Hubert Clerissi à une voie publique, c'est lui garantir qu'il continuera à exister dans les mémoires, les conversations quotidiennes, les actes administratifs, les plans de la ville », a souligné hier le maire Georges Marsan en dévoilant la nouvelle plaque aux côtés du prince Albert II, des membres du gouvernement, des élus communaux et nationaux. La rue des Agaves n'est plus désormais, il faut parler de la rue Hubert-Clerissi.

Celui qui a donné son nom à cette voie est un peintre monégasque bien connu dans le quartier de la Condamine. Son fils n'est autre que le conseiller national Philippe Clerissi. « Ce que mon père avait de plus cher après sa famille, c'était son atelier au sous-sol du 8 de la rue Augustin-Vento. D'aucuns disent que la vie d'artiste rime avec vie de bohème. Ils n'ont pas tort. La grande majorité des personnes ici présentes ont été impliquées dans l'histoire de l'atelier parce que sa porte était toujours grande ouverte et qu'il comportait… une cuisine et un bar. Et la renommée de la cuisine de ma mère et du bar de mon père dépassait celle du quartier ! »

Le prince Rainier et la princesse Grace à l'atelier

L'élu se souvient avec émotion des visites du prince Rainier et de la princesse Grace qui venaient regarder les derniers tableaux du peintre. La présence hier, lors de l'inauguration, du prince Albert II, était donc particulièrement importante pour Philippe Clerissi et ses proches.

Finalement, chacun connaissait le travail d'Hubert même sans le savoir puisqu'il a dessiné des timbres de Monaco. « Hubert Clerissi a vu le jour le 16 mai 1923, et c'est avec son père René, fonctionnaire aux Travaux publics et aquarelliste de talent qu'il découvre l'art de peindre. Dès onze ans, il se distingue lors d'une exposition locale et obtient le premier prix de peinture », a rappelé Georges Marsan.

Au total, l'artiste aura participé à une quarantaine d'expositions particulières et une trentaine d'expositions de groupe. Il affectionnait les natures mortes mais aussi les représentations de trains, de tramways. « Si bien que Marcel Pagnol déclara en 1956 : cet artiste s'est attaché à tous les moyens de locomotion tant et si bien que si l'on nommait un gouvernement de peintres, Clerissi deviendrait sans doute ministre des transports », a raconté le maire de Monaco.

Philippe n'a pas manqué de dévoiler une dernière anecdote :« Mon grand-père était passionné de plantes grasses, il avait dessiné des timbres représentant des agaves. Il ne nous en aurait pas voulu de remplacer le nom de cette rue par celui de son fils ! »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.