Rubriques




Se connecter à

La Principauté à l'heure chinoise

Du 13 au 20 février se tient le Monaco Chinese Festival. Une première en Principauté, signe de relations au beau fixe avec l’État le plus peuplé au monde

Propos recueillis par Julie BAUDIN Publié le 12/02/2014 à 07:13, mis à jour le 12/02/2014 à 08:20
La Principauté à l'heure chinoise - 24320388.jpg
Catherine Fautrier est ambassadrice de Monaco en Chine depuis trois ans. DR

Du 13 au 20 février se tient le Monaco Chinese Festival. Une première en Principauté, signe de relations au beau fixe avec l’État le plus peuplé au monde

Plus que jamais Monaco fait les yeux doux à la « grande » Chine. Une ambassade depuis 2006, non résidente pour le moment. Des délégations et des « éductours » tous azimuts. Et maintenant le tout premier Monaco Chinese Festival, du 13 au 20 février. C'est un fait, Monaco cherche à séduire le pays le plus peuplé au monde. C'est que la concubine est belle ! La Chine vient de franchir pour la première fois cette année la barre symbolique des 300 milliardaires, selon une étude publiée par l'institut de recherche Hurun : la deuxième économie mondiale compte donc aujourd'hui 315 milliardaires, soit 64 de plus qu'en 2012. Et la fortune moyenne des 1.000 Chinois les plus riches s'établit à 1,04 milliard de dollars… Catherine Fautrier, ambassadrice de Monaco en Chine, nous décrit les relations entre ces deux états. Et cette histoire d'amour naissante.

À quand remontent les relations entre la Principauté et la Chine ?

 

Les relations diplomatiques se sont ouvertes en 1995. En 2006, les premiers ambassadeurs étaient nommés de part et d'autre. Et puis en 2010, il y a eu l'expo universelle de Shanghai avec un pavillon monégasque. Ça a donné un immense coup de boost à la visibilité et à la promotion de Monaco en terres chinoises. Depuis, les relations ne cessent de se développer dans différents domaines.

Les Chinois connaissent-ils bien la Principauté ?

Ça commence. C'est le but des « éductours » que j'organise là-bas. Dès qu'ils commencent à intégrer le fonctionnement de la Principauté, ça suscite un intérêt certain ! Les Chinois sont aussi très férus d'histoire et ont beaucoup de respect pour les traditions comme celles de la Principauté. Et puis le prince et la princesse de Monaco, ça les fait rêver ! L'autre vecteur, c'est évidemment le Grand Prix de Monaco qui est très suivi en Chine. Il y a aussi le yachting et le luxe d'une manière générale.

Que représente aujourd'hui la communauté chinoise à Monaco ?

Il y a environ une dizaine de résidents chinois. La plupart sont dans les affaires. Ils sont très discrets et à Monaco, ils sont déjà propriétaires de quelques biens, que j'imagine d'exception !

C'est peu ?

 

Ce n'est pas une communauté très importante. Mais elle peut évoluer. Aujourd'hui, la porte de la Principauté est largement ouverte à ce pays.

Les Chinois sont-ils attirés par Monaco ?

En tout cas la Principauté a beaucoup à offrir à une certaine frange de cette population qui veut un pied-à-terre en Europe. Les Chinois recherchent des endroits sécurisés pour développer leurs affaires et investir pour leurs familles ailleurs qu'en Chine. Et Monaco c'est l'idéal. Je sens les investissements des Chinois à l'étranger comme ceux de bons pères de famille.

Au même titre que les Russes de Monaco ?

Les Chinois ont en tout cas les mêmes intérêts que les Russes à venir à Monaco pour y développer leurs affaires. Et dans le cadre d'une vraie ouverture, je ne serai pas étonnée qu'on assiste d'ici quelques années à ce qu'on voit aujourd'hui avec les Russes. Et je pense que ça ira très vite.

Vous semblez impatiente ?

J'ai le sentiment qu'ici on ne connaît pas les réalités chinoises et qu'on n'y croit pas trop. Alors ça m'agace ! Je vois le potentiel que cela représente, il faudrait s'y mettre ! Évidemment le but n'est pas d'accueillir la Chine entière, mais il faut s'ouvrir plus. Et je m'y attache.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.