“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

La princesse Charlène sur les ondes de Radio Monaco

Mis à jour le 19/01/2013 à 10:42 Publié le 19/01/2013 à 07:18
La princesse Charlène a répondu sans ambages et dans la langue de Shakespeare aux questions de Jean-Christophe Dimino hier.

La princesse Charlène a répondu sans ambages et dans la langue de Shakespeare aux questions de Jean-Christophe Dimino hier. DR Eric Mathon/Palais Princier

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

La princesse Charlène sur les ondes de Radio Monaco

La princesse Charlène était l'invitée de l'émission GMT+ animée par Jean-Christophe Dimino, le rédacteur en chef, sur Radio Monaco hier soir. Pendant une heure, l'épouse du souverain a évoqué - en anglais - sa vie, son histoire, son engagement humanitaire...

La princesse Charlène était l'invitée de l'émission GMT+* animée par Jean-Christophe Dimino, le rédacteur en chef, sur Radio Monaco hier soir.

Pendant une heure, l'épouse du souverain a évoqué - en anglais - sa vie, son histoire, son engagement humanitaire...

"J'ai créé la fondation en essayant d'y insuffler les principes et valeurs que le sport m'a enseignés. Ma fondation contribuera à différents projets (...) notamment des programmes de sécurité dans le milieu aquatique. (...) Savoir nager pour un enfant, être conscient de la sécurité pour qu'il soit plus à l'aise dans cet environnement est une chose que tout un chacun devrait apprendre."

La fondation Princesse Charlène vient aussi en aide aux sportifs.

"Il y a des cas où des athlètes ne disposent pas de ressources suffisantes pour concrétiser leur rêve. Donc nous les aidons pour qu'ils puissent exploiter au maximum leurs capacités comme Chad Le Clos (un nageur sud-africain de 20 ans, Ndlr)."

La Princesse Charlène a évoqué sa tendre enfance à Bulawayo au Zimbabwe avant que ses parents ne partent s'installer en Afrique du Sud.

"Je me souviens parfaitement du ciel africain qui ne ressemble à aucun autre. Il y a des souvenirs qui me sont chers de ma vie au Zimbabwe avec mes parents qui m'emmenaient dans les fermes pour voir les rhinocéros, les éléphants, la savane. Je suis partie à 12 ans en Afrique du Sud. La vie était bien différente. Ce pays connaissait encore l'apartheid. C'était un changement radical."

Un rêve, les Jeux olympiques

À l'adolescence, elle poursuit son objectif.

"J'ai continué à nager. (...) Je nourrissais l'ambition de participer aux Jeux olympiques. Pendant mon adolescence je m'entraînais de 4 à 6 heures par jour. Je me levais à 4 h 20, il fallait que je sois dans la piscine à 5 h. Il fallait persévérer, nager 6 km pour participer aux compétitions."

Elle n'a jamais songé arrêter et a fini par atteindre son rêve, participer aux Jeux olympiques.

C'était en 2000 à Sydney. "Le moment le plus fort a été d'entrer dans le stade. J'ai eu le sentiment d'atteindre mon but."

Désormais, sa vie s'inscrit dans celle de la Principauté.

"Quand je suis arrivée, le prince m'a fait rencontrer certaines familles monégasques dont il est proche. Je suis ravie et fière d'être ici. J'espère être la meilleure ambassadrice pour Monaco."

Elle qualifie elle-même le couple qu'elle forme avec le souverain de "moderne".

"Et très occupé", a-t-elle ajouté un riant.

Depuis qu'elle est devenue princesse sa vie a changé, elle en a conscience et le mesure.

"J'ai eu la chance de rencontrer un grand nombre de célébrités ou icônes, parmi lesquelles Nelson Mandela, le Saint-Père."

 


* Ceux qui ont manqué l'émission peuvent la réécouter sur www.radio-monaco.com


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.