“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La police de Monaco tire à deux reprises sur un fuyard

Mis à jour le 02/01/2019 à 05:04 Publié le 02/01/2019 à 05:03
Les policiers ont tiré deux fois sur le véhicule, au niveau des pneus.

Les policiers ont tiré deux fois sur le véhicule, au niveau des pneus. J.F-O.

La police de Monaco tire à deux reprises sur un fuyard

Ce soir du 25 août, fait rarissime sur le territoire de la Principauté, les policiers de la Sûreté publique font usage de leur arme de service pour stopper un automobiliste « au comportement menaçant et dangereux », au niveau de l'un des ronds-points de la dorsale.

Ce soir du 25 août, fait rarissime sur le territoire de la Principauté, les policiers de la Sûreté publique font usage de leur arme de service pour stopper un automobiliste « au comportement menaçant et dangereux », au niveau de l'un des ronds-points de la dorsale. Deux balles droit dans les roues. L'homme, un Français de 46 ans, venait d'avoir maille à partir avec un voiturier d'un restaurant local. Agité et en état d'ivresse, il avait pris la fuite avant que la police ne tire sur son véhicule.

Même avec un pneu crevé, le fuyard parvenait à s'extraire des 2 km² de la Principauté ; les gendarmes de la compagnie de Menton prenaient alors le relais sur le territoire hexagonal. Jalonnant sa fuite, pendant de longues minutes, jusqu'à la gare de Riquier à Nice. Là, en collaboration avec la police nationale, il était cueilli par les forces de l'ordre. Et, une nouvelle fois, l'homme se montrait désagréable et outrageant à l'égard des policiers. Placé en garde à vue dans les locaux de la caserne Auvare pour « délit de fuite, outrages et refus d'obtempérer », l'individu, connu pour au moins un fait d'outrages, a été laissé libre et s'est vu délivrer une convocation en justice.

Dès le lendemain matin, le parquet général de Monaco adressait une demande d'entraide pénale aux autorités judiciaires françaises aux fins d'audition du mis en cause, sous le régime de la garde à vue, des chefs de menaces de mort, délit de fuite et refus d'obtempérer.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct