“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

La justice néerlandaise enquête sur le viol d'une baby-sitter sur la Côte d'Azur

Mis à jour le 17/03/2021 à 13:52 Publié le 17/03/2021 à 13:35
©PHOTOPQR/NICE MATIN ; illustration police NICE LE 18 02 2015 PHOTO : FRANCOIS VIGNOLA (MaxPPP TagID: maxmatinnews307105.jpg) [Photo via MaxPPP]

©PHOTOPQR/NICE MATIN ; illustration police NICE LE 18 02 2015 PHOTO : FRANCOIS VIGNOLA (MaxPPP TagID: maxmatinnews307105.jpg) [Photo via MaxPPP] VIGNOLA François / Nice Matin

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

La justice néerlandaise enquête sur le viol d'une baby-sitter sur la Côte d'Azur

Les faits se seraient déroulés à Beausoleil en septembre 2019. Les policiers de Menton avaient recueilli la plainte avant que le procureur de la République de Nice transmette le dossier aux Pays-Bas.

Un journal régional néerlandais De Stentor révèle que deux cadres d’une entreprise d’Apeldoorn, Peter B, 42 ans, et Ferris van H., 34 ans, sont soupçonnés du viol d’une jeune compatriote qu’ils avaient embauchée comme baby-sitter lors de vacances à Beausoleil.

Les faits se seraient déroulés après une soirée arrosée dans une villa de location, en septembre 2019. La police de Menton confirme avoir à l’époque recueilli la plainte de la jeune fille et entendu les deux suspects.

Le parquet de Nice, alors dirigé par Jean-Michel Prêtre, avait alors décidé de dénoncer les faits à la justice néerlandaise, à charge pour elle de poursuivre les investigations.

Mercredi, le ministère public d’Arnhem a rendu publiques les accusations qui pèsent sur les deux hommes. Eux se défendent en estimant que les relations sexuelles étaient consenties.

 

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.