“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

La croisière de luxe en plein boom à Monaco

Mis à jour le 15/05/2014 à 07:24 Publié le 15/05/2014 à 07:06
L'Insigna transporte 700 passagers et 400 membres d'équipage.

L'Insigna transporte 700 passagers et 400 membres d'équipage. Eric Dulière

Je découvre la nouvelle offre abonnés

La croisière de luxe en plein boom à Monaco

Cette année, 163 paquebots de croisière feront escale dans le port de Monaco. Un marché centré principalement sur le secteur luxe. Visite à bord…

Cette année, 163 paquebots de croisière feront escale dans le port de Monaco. Un marché centré principalement sur le secteur luxe. Visite à bord…

C'est une volonté touristique vers laquelle tend Monaco depuis plusieurs mois : centrer le marché des bateaux de croisière en escale en Principauté sur les catégories luxe et premium. C'est la plus prestigieuse - supérieure aux catégories « contemporain » et « budget » -, qui couvre aujourd'hui 95 % de l'activité croisière dans le pays.

Une gamme privilégiée pour clientèle aisée. Mais quelle est l'ambiance à bord ? Lundi matin, l'Insigna faisait escale sur la digue Rainier-III. Un mastodonte immaculé qui transporte 700 passagers et 400 membres d'équipage.

Avant d'accéder à l'intérieur, il faut montrer patte blanche, laisser sa pièce d'identité à un garde de sécurité pour pénétrer dans ce navire décoré façon Belle Époque.

Golf, tea time et chef français

La société « Oceania Cruises », propriétaire du bateau, vient d'investir plus de 36 millions d'euros pour refaire entièrement trois navires, dont l'Insigna. Et sa croisière inaugurale passait par Monaco.

Étape obligée ?« Nous proposons du sur-mesure pour les agences de voyages », explique Cédric Cailteux, responsable des ventes et marketing de TMG, société monégasque chargée de la représentation et de la commercialisation de compagnies de croisières prestigieuses à Monaco et en France.

À l'intérieur de l'Insigna : marbre, boiseries, tentures, canapés en cuir… Le style n'a rien à envier à celui d'un palace à l'ancienne.

Un concierge renseigne les passagers ou organise les réservations dans les différents restaurants des lieux : italien, grill, brasserie avec chef français. Un « plaisir » pour une clientèle américaine fortement représentée avec quelque 37 % des nationalités des croisiéristes en Principauté. Si les Asiatiques et les Russes commencent à s'intéresser à ce type de vacances, ce sont toujours les Européens (49 %) qui priment dans le domaine. Notamment les Britanniques.

À 17 heures, d'ailleurs, le tea time est servi en gant blanc dans des salons de l'Insigna, avec vue sur la mer.

Et il n'y a pas que ça pour se divertir. Quatuor à cordes dans la bibliothèque, boutiques, parcours de golf sur le pont supérieur, jacuzzis, spas… et salle de casino. Une sorte de Monaco flottant, en somme !

Les dépenses des croisiéristes

Pour voyager à bord de l'Insigna, il faut compter un budget de 250 euros par jour et par personne, tout inclus.

« En Principauté, nous accueillons beaucoup de croisières tête de ligne. C'est-à-dire que les passagers embarquent ici pour leur voyage. Du coup, certains restent plusieurs nuits dans des hôtels monégasques avant de partir. Et ils apprécient la qualité des lieux et la sécurité qui règne », continue Cédric Cailteux.

La direction du Tourisme a d'ailleurs lancé une grande enquête pour évaluer ce que l'ensemble des croisiéristes dépensent sur le territoire monégasque. Les résultats seront connus en 2015.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.