“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

La communauté tunisienne de la Côte d’Azur dégoûtée par le terrorisme

Mis à jour le 20/03/2015 à 10:56 Publié le 20/03/2015 à 07:04
L'association Monaco-Tunisie a maintenu sa soirée inaugurale hier, malgré cette « terrible épreuve ».

L'association Monaco-Tunisie a maintenu sa soirée inaugurale hier, malgré cette « terrible épreuve ». Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

La communauté tunisienne de la Côte d’Azur dégoûtée par le terrorisme

Sous le choc après la tuerie de Tunis, la communauté tunisienne de la Côte d’Azur et de Monaco dit son dégoût du terrorisme. Des associations appellent à se rassembler ce vendredi après-midi à Nice

Sous le choc après la tuerie de Tunis, la communauté tunisienne de la Côte d’Azur et de Monaco dit son dégoût du terrorisme. Des associations appellent à se rassembler ce vendredi après-midi à Nice

« Quand la France a été attaquée, la Tunisie s'était levée comme un seul homme pour crier "Je suis Charlie". Cette fois-ci, j'espère que des Français, des Algériens exprimeront leur soutien à la Tunisie pour montrer qu'on est unis face au terrorisme. »

Après avoir sollicité le soutien des touristes, le consul général de Tunisie à Nice en appelle à l'union sacrée. Depuis mercredi, Hafedh Ben Romdhane a reçu de nombreux messages de sympathie, visites de compatriotes marqués, bouquets de fleurs envoyés par les autorités.

C'est dans cet esprit que plusieurs associations de la société civile - et pas seulement tunisiennes - appellent à un rassemblement place Garibaldi à Nice, ce vendredi à 15 h. Tant pour rendre hommage aux victimes de l'attaque du Bardo que pour dire non au terrorisme.

Au lendemain du drame, la communauté tunisienne, forte de 85 000 membres dans les Alpes-Maritimes et le Var, restait en état de « stupéfaction ». A l'image de Walid, 22 ans, Franco-Tunisien étudiant en médecine à Nice, aussi choqué qu'après les attentats à Paris. « On fait face à la même menace. Le terrorisme est à nos portes ; on doit s'unir pour faire face. »

Emotion et combativité hier soir en Principauté

Walid se veut néanmoins confiant. «Confiant dans le peuple tunisien, qui a su être à l'avant-garde de la transition démocratique. On veut nous l'arracher, parce que la Tunisie concentre les grands acquis du Printemps arabe. Mais c'est un peuple éclairé qui saura se défendre. »Son ami Mohamed, 23 ans, étudiant d'origine tunisienne, dit son dégoût face« à ces fanatiques. Des gens qui salissent notre image et notre religion. »

A Monaco comme sur la Côte, un même vent de révolte.« Annuler la soirée, ça aurait donné raison au terrorisme », plaide Leila Chiha. Cette jeune juriste tunisienne, résidente monégasque depuis deux décennies, lançait hier soir l'association Monaco-Tunisie, qu'elle a créée et qu'elle préside. L'occasion de réunir une partie des quatre-vingts Tunisiens résidents monégasques, encore sous le choc, comme Leile Chiha : « C'est une terrible épreuve pour nous qui tentons de faire vivre la première démocratie du monde arabe ».

Dans les discussions, la peine mais aussi l'envie de se battre. « Nous sommes meurtris. Les gens qui font ça ne sont pas des musulmans, ce sont des fous. Mais nous allons nous battre pour montrer que nous sommes le peuple le plus démocratique d'Afrique du Nord », tonne Monji Boudabous, installé à Cap-d'Ail depuis plus de trente ans.

Parmi les invités hier, le défenseur de l'AS Monaco Aymen Abdennour. Et aussi Mahmoud El May, constituant de la Deuxième république tunisienne. « La Tunisie est la première cible pour les djihadistes car ils n'acceptent pas la réussite d'une transition démocratique sur une terre d'Islam. Mais ils ne réussiront pas à mettre le chaos chez nous,assure l'homme politique. Aujourd'hui, ce que nous espérons, c'est une solidarité de nos amis du monde entier ».

 

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.