Rubriques




Se connecter à

L'homme poignardé à Monaco résidait à Menton

Le cuisinier italien retrouvé mort, vendredi dans un restaurant du quartier du Portier, vivait près de la gare. Détenu à Imperia, le présumé coupable a livré des aveux confus en Italie

Thomas MICHEL Publié le 26/02/2017 à 05:08, mis à jour le 26/02/2017 à 05:08
La scientifique a quitté la scène du crime du Pulcinella au cœur de la nuit vendredi.
La scientifique a quitté la scène du crime du Pulcinella au cœur de la nuit vendredi. Michael Alesi

Il s'appelle Ricard Nika, serait de nationalité albanaise (1) et vivrait de longue date à Bordighera. Présentant « une plaie au bras », le suspect présumé du meurtre de A. F., chef italien du restaurant Pulcinella au Portier, a été interpellé par une patrouille de police mobile, vendredi soir à Bordighera. Avant de livrer, selon les médias transalpins, des aveux confus aux autorités italiennes : « J'ai fait une chose grave dans un restaurant à Monaco ».

Déboussolé, l'individu aurait été repéré vers 18 h 30 dans la rue Vittorio-Emmanuel, à la hauteur du cinéma Olimpia de Bordighera. Ricard Nika aurait alors concédé aux policiers avoir « fait une connerie (sic) ». « Je me suis bagarré avec un homme et maintenant je ne sais pas s'il est vivant ou mort. »

Plus tôt dans l'après-midi, entre les deux services, ce serveur aurait poignardé à mort son collègue A. F., un homme de 30 ans.

Rarissime en Principauté

 

Né en Sicile, A. F. s'était marié en 2016 à Menton et était, aujourd'hui encore, domicilié non loin de la gare centrale. De mémoire d'anciens, il faudrait remonter à près d'une vingtaine d'années pour retrouver trace d'un tel acte meurtrier en Principauté. à l'époque, une jeune femme avait abattu par balle son amant boulanger dans la rue Saige.

C'est dire l'émoi et la stupeur qui régnaient aux abords du lieu du crime vendredi. Si les restaurants et pub voisins ont accueilli leurs clients toute la soirée, le personnel ne pouvait masquer sa peine face au défilé de combinaisons blanches à quelques pas. Bouclée par la Sûreté publique, la scène d'investigation a été occupée jusqu'à plus de minuit. Arrivés sur place à 21 h 45, les légistes ont embarqué le corps dans un sac mortuaire noir à 23 h 45. Entre-temps, un officier de police judiciaire était venu récupérer une pièce placée sous scellés. Certainement le couteau retrouvé près du corps de A. F. par les enquêteurs.

Au-delà du sous-sol de l'établissement, où gisait la victime, la police scientifique a passé au peigne fin les trottoirs et un parking deux-roues à proximité à la recherche de traces de sang. Les caméras de vidéosurveillance placées devant l'immeuble George-V, en retrait et en surplomb du Pulcinella, pourront-elles aider à rétablir la chronologie des faits ? Beaucoup de questions restent en suspens, à commencer par l'origine et les circonstances de ce pugilat sanglant qui a éclaté dans un restaurant monégasque réputé pour sa qualité et sa convivialité. « Pour le moment, nous ne pouvons pas parler sur ce sujet », a commenté l'un des responsables de la police italienne hier.

Vendredi, assis sur le trottoir face à leur lieu de travail, les collègues de A. F. peinaient à redresser la tête de leurs mains.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.