Rubriques




Se connecter à

L’hélicoptère qui s’est crashé en Isère était intervenu après la tempête Alex

Les Azuréens l’avaient vu tournoyer dans le ciel après la tempête Alex, en octobre 2020. Le F-ZBQG de la sécurité civile s’est crashé en Isère près d’un an plus tard. L’accident survenu dimanche à Villard-de-Lans a fait un mort et quatre blessés. Il laisse le monde du secourisme une nouvelle fois endeuillé.

Christophe Cirone Publié le 14/09/2021 à 13:14, mis à jour le 15/09/2021 à 14:28
L’EC145 de la sécurité civile au-dessus du fleuve Var, en octobre 2020. (D.R.)

Le 3 octobre 2020, la Roya, la Vésubie et la Tinée se réveillent groggy. Ces vallées ont subi les assauts d’une tempête d’une intensité sans précédent en France métropolitaine. Un pont aérien d’une ampleur tout aussi inédite se crée avec l’aéroport Nice Côte d’Azur. Durant quinze jours, la sécurité civile engage jusqu’à sept appareils. L’un d’eux est immatriculé F-ZBQG.

"Nous avions eu des renforts de tout le Sud-Est: de Marseille, Ajaccio, Bastia, Perpignan, Annecy, et un deuxième appareil à Cannes", se souvient Olivier Clément, chef de la base hélico de Cannes et membre du SNPN (syndicat national des personnels navigants de l’aviation civile). L’appareil en question: un EC145 d’Airbus. "Un appareil avec une large soute, très polyvalent, utilisé pour le secours ou le fret."

Le même appareil en intervention à Breil-sur-Roya. DR.

En octobre 2020, ces hélicos évacuent les sinistrés vers le littoral et déposent dans les vallées techniciens, personnels médicaux et matériel. "Paradoxalement, nous avons fait très peu de secours", se souvient Olivier Clément.

Ce dimanche, c’est bien pour un secours que le F-ZBQG intervient en Isère. Il vient porter assistance à un VTTiste en difficulté. Mais l’appareil se crashe. Le Bureau d’Enquête et d’Analyse pour la sécurité de l’aviation civile (BEA-E) devra faire toute la lumière sur ce drame.

 

"Le risque, on vit avec"

L’hélicoptère survole la DZ (drop zone) de la gare de Breil. DR.

Présent à bord aux côtés du Samu et du PGHM, Pierre-François, mécanicien de la sécurité civile, a succombé. IL n’était pas intervenu après la tempête Alex. Mais Olivier Clément le connaissait. Il témoigne de l’onde de choc dans sa profession.

"C’était quelqu’un d’expérimenté. Un collègue décédé, c’est toujours choquant. On est une grande famille, la famille du secours. Nous savons que nous faisons un métier à risques, même s’ils sont minimisés par notre formation et notre maintien en compétence. On vit avec..." La sécurité civile avait déjà déploré la mort de trois secouristes, près de Marignane, le 1er décembre 2019.

En Isère, le maire de Villard-de-Lans a salué "des héros du quotidien". Le mécanicien sera décoré de la Légion d’Honneur à titre posthume. Sur Twitter, Lustu, fin connaisseur de l’aéroport de Nice, a publié des photos de l’appareil sur la Côte d’Azur. Avec ce rappel : "On ne soulignera jamais assez la bravoure et l’engagement des équipages de la Sécurité Civile".

 

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.