Rubriques




Se connecter à

L'Amade réunit son équipe de terrain

L'Amade vient de tenir sa 49e assemblée générale sous la présidence de la princesse de Hanovre.

La rédaction Publié le 15/04/2012 à 07:11, mis à jour le 15/04/2012 à 10:37
L'Amade réunit son équipe de terrain - 16667274.jpg

L'Amade vient de tenir sa 49e assemblée générale sous la présidence de la princesse de Hanovre.

L'Association mondiale des amis de l'Enfance s'est réunie jeudi et vendredi au Novotel Monte-Carlo.

En marge de ces réunions, une convention de partenariat a été signée entre l'association et Monaco Telecom.

Ces deux journées de réflexion et d'échanges ont rassemblé les membres du réseau international de l'Amade Mondiale et ses partenaires de terrain, tous venus partager leurs expériences et les problématiques qu'ils rencontrent dans leurs actions au profit de l'enfance en danger.

 

Au rang des observateurs privilégiés, la présence de la Coopération monégasque et de Fight Aids Monaco permettra de réunir tous les partenaires du programme d'assistance aux orphelins et enfants vulnérables burundais, mené depuis 2008 à travers le réseau communautaire de l'Amade Burundi.

Rappelons que le soutien apporté par l'Amade Burundi bénéficie à près de 30 000 personnes, dont plus de 10 000 orphelins. Accès à l'éducation et aux soins médicaux, prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant, micro-finance et aide à l'autonomisation financière des familles, en sont les principaux objectifs.

En marge de ces réunions, l'Amade et Monaco Telecom ont signé un accord de partenariat, par lequel l'opérateur monégasque devient un partenaire officiel de l'association et s'engage à apporter son soutien aux activités de l'Amade.

Représenté à cette occasion par son directeur général Martin Peronnet, Monaco Telecom manifeste ainsi sa volonté de s'impliquer auprès des acteurs du mouvement associatif monégasque.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.