“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'affaire de la malle sanglante exhumée

Mis à jour le 04/03/2017 à 05:06 Publié le 04/03/2017 à 05:06
En haut à gauche : les époux Goold dans la prison de Monaco. Ci-dessus : leur arrivée en gare de Monaco - en provenance de Marseille -, le 7 septembre 1907. Les meurtriers «manquèrent de peu de se faire lyncher » avant d'atteindre la prison du Rocher.	(©Collection photo de Georges Bessone)

L'affaire de la malle sanglante exhumée

L'association des cartophiles de Monaco consacre son dernier Bulletin au meurtre le plus glauque de l'histoire de la Principauté. Une femme démembrée en 1907 par un couple diabolique…

Coïncidence. Alors que le drame du Pulcinella est encore sur toutes les lèvres (lire page précédente), l'association des cartophiles de Monaco publie, dans son Bulletin du mois de mars, le récit détaillé du crime certainement le plus sanglant de l'histoire de Monaco. Parti d'une carte postale à l'effigie des bourreaux, le couple Goold, René-Yves Dubos (lire ci-dessous) a mené une enquête digne des plus grands polars. De Monaco à Marseille, en passant par Nice, le cartophile retrace l'itinéraire d'un corps démembré dans la baignoire d'une villa du boulevard des Moulins !

« Une martingale infaillible à la roulette »

Début 1905, Vere Thomas Saint Léger Goold, 54 ans, et son épouse Marie Violette, de trois ans...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct