“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Job d'été: entre cinq et dix mille saisonniers

Mis à jour le 28/12/2011 à 23:33 Publié le 28/07/2011 à 07:28
Plagistes, serveurs ou employés de bureau viennent soutenir l’activité estivale à Monaco où le pic des offres d’emploi se situe entre mai et septembre chaque année.

Plagistes, serveurs ou employés de bureau viennent soutenir l’activité estivale à Monaco où le pic des offres d’emploi se situe entre mai et septembre chaque année. (Photo Olivier Ogéron)

Job d'été: entre cinq et dix mille saisonniers

Ce n’est pas une nouvelle : le soleil de la Côte d’Azur, ses plages privées et son flot de touristes attirent l’été de nombreux jeunes désireux de faire « une bonne saison ». Monaco n’y fait pas exception avec un pic d’offres

Ce n’est pas une nouvelle : le soleil de la Côte d’Azur, ses plages privées et son flot de touristes attirent l’été de nombreux jeunes désireux de faire « une bonne saison ». Monaco n’y fait pas exception avec un pic d’offres d’emplois entre mai et septembre. Des offres qui, bien souvent, trouvent rapidement preneur.

Au 31 décembre 2010, la population salariée du secteur privé s’élevait à 45 147 individus occupant 46 616 emplois. En période estivale, le bassin d’emplois avoisinerait 55 000 salariés.

Un accroissement à mettre sur le compte des nombreux « extra » requis dans le secteur de l’hôtellerie-restauration, mais aussi dans le domaine de la vente en boutique ou encore dans le tertiaire, pour le remplacement de salariés en congés annuels.

« Comme d’habitude, nous recevons beaucoup de CV. Nous n’avons donc aucune difficulté pour trouver du personnel », confirme Stefano, responsable à la plage privée La Spiaggia au Larvotto. L’établissement a d’ailleurs embauché six personnes cet été.

Selon les années, entre 5 000 et 10 000 personnes pallieraient le surcroît d’activité. A elle seule, la Société des bains de mer emploie cet été 540 saisonniers.

Or, difficile de différencier saisonnier et candidat recruté sur une plus longue période. Car, saison ou non, tous bénéficient d’un statut, celui de salarié à durée déterminée ou de salarié à durée indéterminée.

Recherche de personnel qualifié

Le permis de travail délivré, ainsi que l’ensemble de la procédure administrative restent les mêmes. Seuls les extra du secteur hôtelier, engagés à temps partiel, voient cette procédure simplifiée.

Cependant, parmi les jeunes candidats, tous ne bénéficient pas de la formation adéquate. Un problème auquel doivent faire face les professionnels. Sylvain, responsable à la Note Bleue, bien qu’ayant recruté entre 20 et 25 saisonniers cette année, a dû faire avec « les difficultés de trouver du personnel qualifié ».

Davantage de moyens contre les irrégularités

Même constatation du côté de Miami Beach, qui emploie une dizaine de personnes supplémentaires.

« En général, ce ne sont pas des gens du métier, affirme Marc, responsable plage. Ils apprennent sur le tas et dans l’ensemble, nous en sommes plutôt satisfaits. Nous recevons pas mal de candidats - en général des jeunes de la région. Dans un sens, c’est rassurant de voir qu’ils veulent travailler. »

Quant au travail au noir, la Direction du travail l’assure :  des contrôles réguliers ont permis « des progrès importants constatés en ce qui concerne les déclarations de personnels ».

Pour dissuader la main-d’œuvre non déclarée, les services de l’Inspection du travail devraient très prochainement jouir de « nouvelles ressources allouées par le gouvernement princier dans le cadre de la politique de lutte contre le travail dissimulé ».

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct