“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Jean Castellini à la tête des Finances et de l'Économie à Monaco

Mis à jour le 24/12/2012 à 11:24 Publié le 21/12/2012 à 07:17
Jean Castellini à la tête des Finances et de  - 19516076.jpg
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Jean Castellini à la tête des Finances et de l'Économie à Monaco

C’est un homme de culture qui succède à Marco Piccinini à la tête du département des Finances et l’Économie. Un homme connu également pour ses compétences de financier

C’est un homme de culture qui succède à Marco Piccinini à la tête du département des Finances et l’Économie. Un homme connu également pour ses compétences de financier

C'est aujourd'hui publié au journal de Monaco. Jean Castellini, 44 ans, est nommé à la tête du département des Finances et l'Économie. Il prend ses fonctions à partir du 26 décembre.

Depuis quelques jours déjà, plusieurs noms circulaient pour succéder à Marco Piccinini qui a décidé de quitter son poste le 23 octobre dernier*. Et malgré les candidatures, notamment au sein même de l'administration monégasque, c'est une personnalité du secteur privé qui a été choisie par le prince Albert II. Une personnalité remarquée non seulement dans le domaine de la finance et de l'économie mais également auprès des entités culturelles de la principauté.

Président des Amis du Printemps des Arts

Ainsi occupe-t-il depuis trois ans les fonctions de président de la direction générale de la banque Safra. Parallèlement, il est président de l'association des Amis du Printemps des Arts. À 44 ans, le Monégasque est parfaitement trilingue (français, anglais, allemand).

Diplômé d'HEC, il a étudié à l'Université d'économie de Vienne (Autriche) et à la Haas School of Business à Berkeley (Californie). Durant neuf ans, il a travaillé entre Berkeley, Londres, Francfort et Paris pour Barra, le leader mondial de l'analyse de risque des portefeuilles d'investissement. De 1998 à 2004, il travaille à Paris chez Russell investments, conseil en investissement pour les structures institutionnelles. Il retourne à Monaco en 2004. Durant les deux premières années, il œuvre pour Investment research, activité de conseil dans le domaine économique et financier pour le gouvernement princier et le conseil national. Il se fait suffisamment remarquer pour être nommé conseiller au cabinet princier de 2006 et 2007. Puis il passe secrétaire général de la Commission de Contrôle des Activités Financières avant d'être nommé à la tête de la banque Safra.

À Monaco, Jean Castellini est connu pour être un mélomane averti. À la tête de l'association des Amis du Printemps des arts - fonction qu'il va devoir nécessairement quitter, il œuvre en faveur de la musique et anime des conférences. Il est notamment passionné par Gustav Mahler.

S'il devra forcément agir en fonction d'un contexte économique complexe et instable, «il sait que la culture est vitale pour Monaco», soufflait hier Marc Monnet. Et le directeur du Printemps des Arts de rajouter :«C'est un homme formidable : un fou de musique et quelqu'un de très respecté du monde financier.» À lui dorénavant d'être le chef d'orchestre d'un des départements le plus sensible du gouvernement.

 

* Le 23 octobre, un communiqué du palais princier notait : «Après en avoir informé le ministre d'État, Marco Piccinini a exprimé au prince son souhait d'être déchargé de ses fonctions de conseiller de gouvernement pour les Finances et l'Économie. Le prince souverain a pris acte de cette demande et l'a acceptée sous réserve que Marco Piccinini continue à exercer ses fonctions de conseiller de gouvernement jusqu'au moment où il aura été procédé à la nomination de son successeur. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.