Rubriques




Se connecter à

"Je suis soulagée qu'il soit mort": le poignant témoignage de la mère du fugitif de Gréolières

Dévastée par la mort de son fils, Marie-Ange Floris n'aurait "pas pu concevoir" qu'il survive après avoir ôté la vie de Doriane, une mère de famille varoise. "Mon cœur saigne pour sa fille", dit-elle.

La rédaction Publié le 21/07/2021 à 07:21, mis à jour le 21/07/2021 à 10:42
La mère du fugitif retrouvé mort à Gréolières après 48 heures de traque livre un témoignage bouleversant. Capture d'écran DR / TF1

Quelques heures après la découverte du corps inanimé de son fils sur les hauteurs de Gréolières, où il était en fuite et activement recherché depuis 48 heures pour le meurtre d'une jeune femme commis dans le Var, la mère de Marc Floris a livré un bouleversant témoignage.

A un journaliste de TF1 venu la rencontrer chez elle, Anne-Marie Floris a livré le désarroi et le soulagement d'une mère dévastée: "J’ai perdu un fils, j’ai perdu ma chair, j’ai perdu mes tripes, mais je suis soulagée qu’il soit mort. Je suis soulagée parce qu'il a enlevé la vie. Je n'aurais pas pu concevoir que Doriane soit morte et pas lui, et lui n'aurait jamais pu survivre à cela." 

"Mon cœur saigne pour la petite Zoé..."

Racontant l'amour extrême, "dangereux", de son fils pour sa victime ("Marc buvait, mangeait, vivait Doriane", dit-elle), Marie-Ange Floris adresse surtout un message à Zoé, la fillette de 11 ans désormais privée de sa maman: "Mon cœur saigne pour la petite Zoé, une fillette de 11 ans, mon cœur saigne pour la famille et pour les amis" de Doriane, dit-elle encore.

 

Mardi à la mi-journée, après plus de 48 heures de traque dans un secteur boisé et escarpé, Marc Floris a été retrouvé mort par les gendarmes. Il était recherché depuis que des images de vidéosurveillance l'avaient désigné, dimanche matin, comme le suspect n°1 du meurtre de Doriane Ragon, 32 ans, abattue devant chez elle au Plan-de-la-Tour (Var) en pleine nuit.

D'après les premières investigations, Marc Floris et Doriane Ragon "entretenaient ou avaient entretenu une courte relation", a indiqué le procureur-adjoint de la République de Draguignan.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.