“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

"J'ai perdu la tête": l'époux soupçonné d'avoir tué sa femme à coups de couteau à Fréjus a été écroué

Mis à jour le 10/02/2021 à 17:06 Publié le 10/02/2021 à 17:02
Le drame s’est noué dans l’appartement situé au bout de ce couloir, au rez-de-chaussée de la résidence Terra Gaïa, quartier de Caïs à Fréjus.

Le drame s’est noué dans l’appartement situé au bout de ce couloir, au rez-de-chaussée de la résidence Terra Gaïa, quartier de Caïs à Fréjus. Photo Philippe Arnassan

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

"J'ai perdu la tête": l'époux soupçonné d'avoir tué sa femme à coups de couteau à Fréjus a été écroué

L'homme été mis en examen pour " meurtre par conjoint" et incarcéré. Les deux enfants, témoins du meurtre de leur mère, ont été placés dans un foyer d'accueil.

"J’ai perdu la tête." C’est par ces mots que le septuagénaire, soupçonné d’avoir tué sa compagne devant ses deux enfants, a justifié ses actes.

Les faits se sont déroulés dimanche, aux alentours de 13 h 30, à la résidence Terra Gaïa située quartier de Caïs à Fréjus.

Après son interpellation, le suspect a expliqué aux enquêteurs qu’il s’était disputé avec son épouse. Elle lui aurait "mis une gifle". En réponse, il lui aurait asséné plusieurs coups avec un couteau de cuisine.

Selon des voisins, qui ont découvert le corps inanimé avant de prévenir la police, la malheureuse a notamment été frappée à la gorge.

À l’issue de sa garde à vue, l’homme a été présenté au juge d’instruction, mis en examen pour "meurtre par conjoint" et placé en détention.

Le magistrat considère donc, pour l’heure, que ce geste dramatique n’était pas prémédité (1).

Les enfants placés dans un foyer d’accueil

Le procureur de la République de Draguignan a confirmé, mercredi matin, que "le mis en cause est sans antécédent [judiciaire]. Il apparaît comme victime dans une précédente procédure d’août 2020 l’opposant à sa compagne."

Selon une voisine, proche de la victime, il s’agissait d’une "dispute à table" qui avait dégénéré. "Le type a menacé sa femme, expliquait ce témoin. Elle a répliqué en saisissant une paire de ciseaux."

Entendu par la police, le couple avait alors présenté cela comme un accident domestique. L’homme a prétendu s’être coupé avec un morceau de verre. À l’époque, sa compagne avait fait l’objet d’un rappel à la loi pour des violences sans incapacité sur son conjoint. Pour les deux gosses, âgés de 6 et 12 ans, une ordonnance de placement provisoire a été prise lundi par le parquet qui a saisi le juge des enfants. Ils ont été pris en charge dans un foyer d’accueil.

Les habitants de la résidence, qui ont permis l’arrestation du suspect et ont hébergé les deux jeunes garçons pendant 24 heures, ont sollicité une assistance psychologique.

Ils seront reçus à l’hôpital de Fréjus dans les prochains jours.

1. Un meurtre est un homicide volontaire. Lorsqu’il y a préméditation, c’est-à-dire lorsque l’auteur a planifié son acte à l’avance, cela devient un assassinat.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.