“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Jacques Dorémieux, nommé procureur général de Monaco

Mis à jour le 22/09/2015 à 07:52 Publié le 22/09/2015 à 07:11
Jacques Doremieux vient d'être nommé procureur général de Monaco. Il prendra ses fonctions au Palais de justice dès le 1er octobre.

Jacques Doremieux vient d'être nommé procureur général de Monaco. Il prendra ses fonctions au Palais de justice dès le 1er octobre. PQR/La Voix du Nord)

Jacques Dorémieux, nommé procureur général de Monaco

Avocat général près la cour d’Appel de Colmar (Haut-Rhin), le magistrat vient d’être nommé à la tête du Parquet monégasque pour remplacer dès le 1er octobre Jean-Pierre Dreno

Avocat général près la cour d’Appel de Colmar (Haut-Rhin), le magistrat vient d’être nommé à la tête du Parquet monégasque pour remplacer dès le 1er octobre Jean-Pierre Dreno

"A la suite d'un rapport remis au prince Albert II où j'ai étudié et proposé plusieurs candidatures, le souverain a choisi celle de Jacques Dorémieux par ordonnance. Il sera ainsi le nouveau procureur général de Monaco, installé à partir du 1er octobre prochain, lors de l'audience de rentrée des tribunaux, afin de pallier le départ de Jean-Pierre Dréno pour à la Cour d'appel d'Aix-en-Provence."

L'information délivrée par le directeur des Services Judiciaires, Philippe Narmino, a été officialisée dans le Journal de Monaco du 18 septembre, annonçant un nouveau chef du Parquet. Un nouveau défi pour cet avocat général de Colmar, âgé de soixante-deux ans. Qui hérite d'un poste clé du système judiciaire monégasque.

Cet homme aux qualités humaines reconnues, est aussi présenté comme un magistrat "de grande expérience passé par les multiples domaines et instances de la justice. D'autre part, il a également ajouté à sa maîtrise de la magistrature, une grande connaissance du domaine public. Il a été chargé, entre autres fonctions, de gérer les centres hospitaliers universitaires de Roubaix et de Lille", continue Philippe Narmino.

"Maturité juridique"

Une diversité utile pour Monaco? "Certainement, il viendra épauler les substituts du Parquet et compléter les effectifs composés actuellement de Michael Bonnet, Cyrielle Colle et Alexia Brianti. Nous pouvons compter sur un homme de grande maturité juridique et judiciaire pour obtenir un équilibre idéal et une expérience appropriée. D'autres qualités indispensables complétées par cette osmose entre le procureur général et le directeur. Cette loyauté, ces échanges, ces subtilités, ce courage, je les ai appréciés avec Jean-Pierre Dréno."

Verra-t-on un procureur général monégasque? "Ce sera possible si un jour toutes les conditions sont remplies", souligne le directeur des Services Judiciaires.

"Pour accéder à ce poste, un temps d'ancienneté est requis et on doit passer par un certain nombre de grades. À ce sujet, les postes de président de la Cour d'appel et de la fonction qui nous intéresse sont à parfaite égalité. Peu importe que l'un soit au Siège et l'autre au Parquet. On pourrait imaginer que Mme Gambarini (première présidente de la Cour d'appel NDLR), si elle le désire, pourrait assurer logiquement cette fonction."

Nouveaux magistrats

Entre autres nouveautés au palais de Justice, trois magistrats, sont arrivés récemment afin de compléter les effectifs. Deux conseillers à la Cour d'appel : Virginie Zand et Paul Chaumont .

Et Rose-Marie Plaksine, premier juge au tribunal, venus respectivement des juridictions de Basse-Terre (Guadeloupe), d'Angers et d'Aix-en-Provence.

"Dans quelques semaines nous procéderons au remplacement de Stéphanie Vikström détachée à la Cour européenne des Droits de l'Homme, pour un mandat de neuf ans."

Le directeur regrette cependant le manque de candidatures au sein de la jeunesse monégasque.

"Il faut sensibiliser les étudiants à cette filière de la magistrature délaissée. Certes il y a des candidats pour devenir avocats. Mais depuis trois ans aucun n'a choisi la carrière de magistrat. C'est peut-être trop exigeant de partir dix-huit mois à l'Ecole Nationale de la magistrature…" L'appel est lancé!

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct