“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Ivre, il mord trois policiers et brise la vitre du fourgon : dix jours ferme

Mis à jour le 04/12/2015 à 05:09 Publié le 04/12/2015 à 05:09
Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Ivre, il mord trois policiers et brise la vitre du fourgon : dix jours ferme

Ivre mort.

Ivre mort. Au point de ne plus se tenir, ni parler, ni voir, Frederik crée une effervescence inhabituelle au Portier le 30 juillet 2015. Ce ressortissant britannique de 30 ans a tellement consommé d'alcool au Twiga qu'il provoque des troubles inadmissibles. Comme les responsables de la sécurité de l'établissement n'arrivent pas à le calmer, ils l'expulsent manu militari. Mais l'homme est tellement casquette qu'il revient à la charge. Alors, les vigiles alertent les policiers. Il est 2 heures.

Les agents de permanence cette nuit-là ne s'attendent pas à récupérer pareil trublion. En signe de protestation, l'importun retire sa montre du poignet et la jette au sol en titubant. Puis, il refuse de montrer sa carte d'identité, de souffler dans l'éthylotest et de suivre les fonctionnaires. Ces derniers auront d'ailleurs beaucoup de difficulté à maîtriser l'agitateur pour l'embarquer dans leur véhicule et le conduire dans les locaux de la Sûreté publique afin de l'enfermer dans la cellule de dégrisement.

« Cet architecte d'intérieur résidant à Londres est déchaîné, souligne le président Jérôme Fougeras Lavergnolle en déplorant l'absence du prévenu pour s'expliquer devant les magistrats. Il se débat et mord jusqu'au sang les policiers. Dans son délire éthylique, il brise la vitre du fourgon. Sept heures plus tard, vers 9 h 40, il consentira enfin à laisser mesurer son alcoolémie qui affichera 0,43 mg/l. On peut s'interroger et s'affoler sur le taux réel au moment de son interpellation… »

Après un rappel des faits les plus marquants, le procureur Alexia Brianti estimera que « les déclarations des trois policiers sont concordantes » et mettra en évidence « la gravité des infractions commises ». Trois mois d'emprisonnement assortis du sursis et 2 000 € d'amende seront requis « pour sanctionner l'intégralité de l'œuvre du prévenu ».

Le tribunal ira plus loin encore en infligeant une peine de dix jours de prison ferme. Une peine prononcée par défaut.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.