“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ivre, il cogne sur un videur de La Rascasse : un mois ferme

Mis à jour le 04/01/2016 à 05:05 Publié le 04/01/2016 à 05:05
Le palais de justice de Monaco.

Le palais de justice de Monaco. Illustration M.A.

Ivre, il cogne sur un videur de La Rascasse : un mois ferme

Nouvelle affaire de violences à « La Rascasse », l'établissement de nuit de la SBM, très fréquenté sur le port Hercule.

Nouvelle affaire de violences à « La Rascasse », l'établissement de nuit de la SBM, très fréquenté sur le port Hercule. Mais elle concerne cette fois l'agression, rarissime, d'un videur par un client.

Mahé, un résident de Cap-d'Ail, sous l'effet de l'alcool avec un taux de 0,60 mg/l et mécontent d'être expulsé, a porté plusieurs coups au visage du vigile. À l'issue de sa comparution, menotté, devant le tribunal correctionnel l'agresseur a écopé d'une peine d'un mois de prison ferme, fractionné.

Fiché interdit

Dimanche, vers 3 h 30, un employé du service de surveillance de « La Rascasse » remarque une personne visée par une interdiction d'établissement. Il lui demande de sortir. L'indésirable, ignorant la sanction, exige des explications. Les réactions se compliquent. L'intrus s'énerve et les paroles cèdent rapidement la place aux coups... de poings.

Puis l'agresseur part en direction du parking public proche pour prendre son véhicule et s'enfuir. Mais les policiers, alertés et vigilants, le cueillent à la sortie.

« Pourquoi avoir protesté à la suite d'une décision administrative ? », demande le président Florestan Bellinzona. « C'est l'alcool ! assure le prévenu. Car cet individu m'a poussé violemment pour me jeter hors de la Rascasse. J'ai dû me défendre... Si j'étais tombé à terre, il n'aurait pas hésité à me piétiner. »

Deux condamnations au casier

Pas très convainquant pour le président qui lit la déposition de la victime, absente à l'audience. « Le vigile réfute toute violence et souligne même la présence d'autres collègues pour l'aider... Je note également deux mentions sur votre casier judiciaire... »

Le procureur Michaël Bonnet rappel le troisième passage du détenu devant la juridiction correctionnelle pour ivresse et fumigène... « Des coups ont été portés avec cinq jours d'ITT. Monsieur est indemne et il a pu quitter l'établissement. Comme l'alcool lui pose problème, une peine d'amende ne serait pas suffisante : quinze jours de prison ferme devraient lui remettre les idées en place. »

La défense plaidera la relaxe ou la peine fractionnée. « Mon client a eu une mauvaise réaction, estime Me Xavier-Alexandre Boyer. Il a eu peur du videur et n'avait pas connaissance de l'interdiction. Laissez-lui une derrière chance ! Il participe au loyer avec sa mère et ne lui faites pas perdre son emploi... »

Le tribunal, peu convaincu par les explications du prévenu, semblera sensible aux éléments de la défense en infligeant une peine d'un mois ferme fractionné en quatre week-ends à passer en prison.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct