“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Ivre et sans casque devant la Sûreté monégasque

Mis à jour le 08/03/2016 à 05:06 Publié le 08/03/2016 à 05:06
Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Ivre et sans casque devant la Sûreté monégasque

C'est un prévenu au profil inhabituel qui s'est retrouvé à la barre du tribunal correctionnel.

C'est un prévenu au profil inhabituel qui s'est retrouvé à la barre du tribunal correctionnel. Ce jeune garçon de 25 ans, timide et réservé, avait décidé de prendre le guidon de sa moto, le dimanche 23 août, vers 6 h 45, alors qu'il avait bu de l'alcool au-delà de la limite autorisée, soit 0,65 mg par litre d'air expiré. Il roulait sans casque et remontait imprudemment la rue Suffren-Reymond en sens interdit.

Résidant en Principauté, il ne pouvait ignorer cette voie stratégique où siège le QG de la Sûreté publique ! Évidemment, les agents n'ont eu qu'à sortir pour le cueillir en pleine infraction. Par inconscience, mais sans intention de provocation, le prévenu ne parvient pas à expliquer véritablement les circonstances de son état. Il avoue ingénument ses torts devant les magistrats. Il avait eu tout simplement l'intention d'aller chez une amie à Cap-d'Ail. Alors pour rentrer plus rapidement, il avait pris « un raccourci » sans s'imaginer que sa manœuvre était des plus dangereuses !

Après, s'il roulait sans casque, ce n'était pas de sa faute : on le lui avait volé dans cette même soirée… Quant à son alcoolémie supérieure à deux fois le taux légal, les raisons demeurent assez nébuleuses…

Le ministère public ne s'étendra pas sur la particularité des faits et demandera de sanctionner le motard à une peine d'un mois d'emprisonnement assorti du sursis et à 30 € pour chaque contravention. Le tribunal préférera condamner le prévenu à 400 € d'amende et conservera le montant réclamé par le représentant du parquet pour les contraventions.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.