“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Interpellé au guidon d'un deux-roues, il affiche un taux de plus de 2g d'alcool dans le sang

Mis à jour le 17/07/2019 à 11:13 Publié le 16/07/2019 à 22:00
Palais de justice de Monaco

Palais de justice de Monaco Photo JFO

Interpellé au guidon d'un deux-roues, il affiche un taux de plus de 2g d'alcool dans le sang

Au cours d’une audience où se sont succédé des affaires liées à la conduite de véhicules sous l’emprise de l’alcool à Monaco, le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle et le procureur Alexia Brianti n’ont pu éviter de rabâcher leurs propos de prévention. In fine, hommes et femmes ont juré de changer d’attitude au cours de leurs prochaines sorties festives. Voici une des « performances éthyliques » relevées à cette audience.

Triste record des leveurs de coude à cette audience! Le 22 mai dernier, un Cap-d’Aillois sans emploi a circulé sur le boulevard Louis-II à deux-roues.

Au compteur, il affiche un taux de 2,04 grammes dans le sang quand il est interpellé, vers 2 heures, par les policiers.

Il venait de franchir la ligne continue au niveau du Yacht-club. Outre sa conduite en zigzag, il titubait encore. Évidemment, il aurait dû rejoindre son domicile à pied après un « concours » de coupes de champagne.

Le ministère public a estimé que le pilote du scooter était largement vulnérable. Quinze jours assortis du sursis devraient lui éviter de renouveler un comportement alcoolisé.

Le tribunal a revu la peine avec une légère baisse: huit jours dans les mêmes conditions.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct