Rubriques




Se connecter à

Incendie mortel à Monaco: le pompier décédé est le premier "mort au feu" de l'histoire du Corps

Jamais, depuis sa création en 1909 par le prince Albert-Ier, le Corps des sapeurs-pompiers de Monaco n’avait connu la perte de l’un des siens en opération, comme l’a confirmé le Palais princier dans un communiqué.

Thibaut Parat Publié le 21/06/2022 à 11:40, mis à jour le 21/06/2022 à 19:47
Pierre Dartout, ministre d’État, Patrice Cellario, conseiller de gouvernement-ministre de l’Intérieur et Tony Varo, commandant de la Force publique se sont rendus à la caserne de la Condamine ce lundi pour apporter leur soutien aux Corps, meurtri, des sapeurs-pompiers de Monaco. Photo Stéphane Danna / Dir Com

Pendant 26 ans, jusqu’à ce dimanche après-midi, Thierry Perard aura loyalement servi la devise des soldats du feu de la Principauté: "Courage, dévouement et sacrifice".

Hors intervention, l’unité avait toutefois payé un lourd tribut humain lors des combats de la Première Guerre mondiale, entre 1914 et 1918.

 

Mobilisés pour ce conflit, car Français de nationalité, 14 hommes avaient péri, dont le premier chef de Corps de la compagnie, Auguste Picandet. Alors chef de bataillon dans le 5e bataillon du 299e régiment d’infanterie, il sera tué "à l’ennemi" dans l’Oise le 12 août 1918.

Chaque année, au moment de fêter l’Armistice, la Principauté leur rend hommage.

La statue en bronze d’un Poilu, fusil à la main et regard tourné vers la caserne de Fontvieille, symbolise ce sacrifice.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.