“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Incendie de Saint-Vallier : neuf pompiers légèrement blessés

Mis à jour le 12/02/2020 à 11:36 Publié le 12/02/2020 à 11:35
Le vent a soufflé jusqu’à 165 km/h, hier dans l’arrière pays. C’est la raison pour laquelle aucun aéronef n’a pu décoller.

Le vent a soufflé jusqu’à 165 km/h, hier dans l’arrière pays. C’est la raison pour laquelle aucun aéronef n’a pu décoller. Patrice Lapoirie

Incendie de Saint-Vallier : neuf pompiers légèrement blessés

Après Saint-Auban lundi, c’était au tour de Saint-Vallier-de-Thiey d’être la proie des flammes hier.

Après Saint-Auban lundi, c’était au tour de Saint-Vallier-de-Thiey d’être la proie des flammes hier. Et c’est vers 6 h du matin qu’un incendie s’est déclaré, sur la route Napoléon, entre Saint-Vallier-de-Thiey et Escragnolles. Attisé par des vents violents, dont une pointe a été relevée à 165 km/h dans la matinée, le feu a ravagé près de 10 hectares.

Sur place, plus de 130 sapeurs-pompiers sont intervenus. Une colonne extra-départementale du Sdis 13 et la brigade des marins-pompiers de Marseille se sont rendues sur place. Des demandes de renfort ont même été faites à l’extérieur du département.

Si aucun blessé n’est à déplorer chez les habitants, neuf sapeurs-pompiers ont toutefois été légèrement blessés (incommodation à la fumée, cheville foulée ou encore crise d’hypoglycémie) au cours de cette opération.

Un feu sous contrôle à la mi-journée

Vers midi, le feu n’avait pas encore été fixé par les sapeurs-pompiers mais il demeurait sous contrôle, avec une évolution lente.

« Il se dirige vers une zone de tirs, un espace où il y a peu de végétaux, indiquait alors le contrôleur général René Dies. C’est une chance pour nous car cela devrait éviter la propagation. »

Malheureusement, les aéronefs sont restés dans l’impossibilité de décoller en raison des vents violents qui soufflaient encore à plus de 130 km/h, d’après les estimations de Tristan Bergen, le météorologue présent sur les lieux de l’incendie.

Le travail des soldats du feu s’est donc fait au sol où une fumée blanche a continué de se dégager tout au long de la journée. « Il n’y a pas de danger immédiat mais par mesures de précaution, nous avons évacué les maisons alentour », indiquait le contrôleur général.

Vers 15 h, le feu a enfin pu être fixé et les sapeurs-pompiers ont alors procédé au noyage des lisières pour prévenir tout nouveau départ.

Les rafales de vents étaient tellement violentes qu’un camion s’est renversé, dans la nuit de lundi à mardi, au col de la Frayère. Le véhicule a achevé sa course contre un arbre et a eu la chance de ne pas passer au-dessus du muret.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.