Rubriques




Se connecter à

"Ils ont pointé une arme sur elle pour ouvrir le coffre..." Un magasin d’achat d’or braqué à Antibes

La boutique Société numismatique et d’investissement de l’avenue Robert-Soleau à Antibes a été la cible de deux auteurs d’un vol à main armée il y a une semaine. L’enquête est toujours en cours. Le gérant témoigne.

M. D Publié le 23/06/2021 à 18:43, mis à jour le 23/06/2021 à 18:58
La boutique est située près de la gare SNCF, à l’angle de la rue Sadi-Carnot. (Photo M. D.)

Le canon d’une arme braqué. Des intimidations, violentes, proférées. La menace d’être blessée ou, pire, d’y laisser sa vie. Deux minutes d’effroi qui semblent être une éternité. Voici la scène d’horreur qu’a vécue, mercredi dernier, l’employée de René Prats, gérant de la Société numismatique et d’investissement.

En plein après-midi, sa boutique située à l’angle de l’avenue Robert-Soleau et de la rue Sadi-Carnot a été prise pour cible par deux braqueurs. "J’ai deux magasins à Perpignan sous la même enseigne, cela ne m’était jamais arrivé…"

"Un lourd traumatisme"

Ouverte depuis septembre, l’adresse spécialisée dans l’achat et la vente de bijoux en or, argent et diamants, n’a filé que des jours tranquilles dans la cité des Remparts. " La vendeuse a justement quitté sa vie ici dans les Pyrénées-Orientales (66) pour cet emploi. Elle me disait qu’elle commençait à se sentir bien dans les Alpes-Maritimes, elle avait son studio où elle vivait avec sa fille. "

Mais aujourd’hui, quelque chose s’est brisé. Fort.

 

"Elle est dans un état de choc." Comme une boucle infernale où les mêmes images repassent, encore et encore… "Ils sont entrés à deux, ont pointé une arme de poing, lui ont demandé de lever les bras, de reculer pour l’empêcher d’appuyer sur le bouton d’appel d’urgence."

En quelques secondes, tout bascule. "La vendeuse s’est retrouvée à genou, au sol, pendant qu’elle était mise en joue. Ils ont menacé de s’en prendre à sa famille si elle n’ouvrait pas le coffre. Une fois qu’ils ont eu le contenu et les produits en vitrine, ils ont détalé."

Un vol rapide, qui n’est pourtant pas passé inaperçu. "Des passants ont alerté la police, ils auraient même été menacés eux aussi avant que les deux auteurs prennent la fuite. "

150.000 euros de préjudice

Une opération qui semble avoir été réfléchie par les malfrats selon le gérant: "Ils ont repéré les lieux. C’est une évidence. Ils savaient où se trouvaient les choses. Ils ont notamment pris la télécommande d’ouverture des portes pour être assurés de pouvoir prendre la tangente. "

 

Si le préjudice humain demeure inestimable, la perte financière est, quant à elle, connue: "C’est bien simple: il ne reste rien dans la boutique. Ils ont absolument tout pris. Donc tous les bijoux et ce qui était destiné à partir en fonderie dans le coffre. On est sur 150.000 euros. "

Une somme qui ne vaut en aucun cas une vie humaine: "Dans ce drame qu’a vécu mon employée, je retiens surtout le fait qu’elle est toujours là. Cela aurait vraiment pu être pire, même si le traumatisme reste lourd…"

Tenu au courant des avancées de l’enquête par la police judiciaire de Nice en charge du dossier, il espère que justice soit faite. Et voir ainsi le tandem jugé pour ces actes graves.

"Ils prennent beaucoup de risques, mettent en danger des personnes. On ne peut pas accepter de les voir relâchés dans la nature. J’espère que tout comme le premier voleur, le second sera arrêté par les forces de l’ordre. "

 

Une attente à l’heure où la grille de la boutique située près de la gare SNCF demeure baissée. "Nous rouvrirons en août. Le temps de trouver un employé." Pas évident de reprendre un commerce qui vient d’être le théâtre d’une telle violence: "Dans ce métier, on connaît les risques. La boutique est protégée, voire surprotégée. Mais que voulez-vous faire lorsqu’on vous menace avec une arme à feu?"

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.