“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Ils lancent un appel à témoins après l'incendie de leur snack

Mis à jour le 27/03/2018 à 08:36 Publié le 27/03/2018 à 08:23
Annick Crevet, la propriétaire du snack

Annick Crevet, la propriétaire du snack Photo S.W.

Ils lancent un appel à témoins après l'incendie de leur snack

Samedi soir, la cuisine du restaurant "QG", située dans le Borrigo à Menton, a pris feu. Pas de blessé mais d'importants dégâts. La piste criminelle est privilégiée et les gérants cherchent des témoins.

Dans la doublure des coussins couleur pastel, derrière les tableaux lumineux ou dans le pli des serviettes blanches… la suie s'est infiltrée presque partout dans le restaurant-snack "QG" de Menton. Formant de fines tâches noires tentaculaires comme des toiles d'araignée.

Samedi soir, vers 22 h 45, un incendie s'est déclaré dans la cuisine de l'établissement, situé sur l'avenue des Alliés dans le Borrigo.

Pas de blessé mais des dégâts matériels importants. La piste criminelle est privilégiée selon les premiers éléments de l'enquête de police.

"Ça aurait pu être très grave!"

"Les gens qui ont mis le feu sont totalement inconscients. Il y a un immeuble juste au-dessus de notre restaurant et ça aurait pu être très grave!", livrent indignés les gérants, Annick et Daniel Crevet. Et la suie s'est même propagée jusqu'à la papeterie "Delval", collée au snack.

"Enveloppe, cahiers… il y a beaucoup de fournitures que je ne peux plus vendre maintenant. Mais je reste ouvert au moins pour le service de photocopie", précise Florence, l'employée du commerce.

L'incendie stoppé par l'intervention d'un témoin

"Samedi soir, le "QG" était fermé et nous n'étions pas sur place", relate Daniel Crevet. Le feu est parti de l'extérieur - depuis la grille d'aération - et s'est propagé à l'intérieur, pour enflammer les baies vitrées, la hotte et le fourneau. Les flammes ont été stoppées grâce à l'intervention d'un Mentonnais.

Ce dernier n'a pas souhaité s'exprimer mais s'est confié à la propriétaire, ce lundi: "Il m'a expliqué qu'il a aperçu des flammes au restaurant alors qu'il faisait son jogging. Cet habitant a repéré trois personnes, deux hommes et une femme, qui regardaient l'incendie les bras croisés et s'amusaient de voir les flammes se propager."

Le témoin aurait alors mis un coup de pied sur le bidon d'essence qui prenait feu près des baies vitrées. "Il m'a expliqué qu'après son geste, l'un des deux individus s'était dirigé vers lui d'un air menaçant. Il a alors continué son jogging de peur de représailles." Un autre riverain du Borrigo a ensuite appelé les pompiers quelques minutes plus tard.

Aujourd'hui, Annick et Daniel Crevet cherchent des réponses. "Nous ne savons pas qui pourrait nous en vouloir. Cela fait quatre ans que nous avons le "QG". Nous n'avons jamais reçu de menace et nous n'avons pas de problème avec les habitants… C'est pourquoi, nous lançons un appel à témoins pour savoir si des personnes auraient vu ou entendu quelque chose samedi soir."

 En effet, l'établissement n'avait pas de caméra de surveillance. Pour l'heure, les restes du bidon d'essence enflammés sont en cours d'analyse.

Expertise, venue des services d'hygiène, réparation du matériel… Le "QG" ne pourra pas rouvrir avant un mois minimum. "Heureusement, nous avons l'assistance des assurances et des habitants nous ont proposé leur aide. Mais le temps va nous paraître long…"

Si vous avez des informations sur l’incendie, vous pouvez appeler les propriétaires du snack "Le QG" au 06.21.27.23.52.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct