“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Il voulait "être un héros": mis hors de cause, le "deuxième suspect" raconte sa course-poursuite avec l'assaillant dans Paris

Mis à jour le 27/09/2020 à 09:02 Publié le 27/09/2020 à 08:58
Des policiers et soldats déployés après une attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo, le 25 septembre 2020 à Paris.

Des policiers et soldats déployés après une attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo, le 25 septembre 2020 à Paris. AFP / Alain JOCARD

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Il voulait "être un héros": mis hors de cause, le "deuxième suspect" raconte sa course-poursuite avec l'assaillant dans Paris

Interpellé dans le métro, rapidement considéré comme le "deuxième suspect", son seul tort fut d'avoir tenté de rattraper le fugitif, dans les instants qui ont suivi le forfait.

"Je voulais être un héros et je me suis retrouvé derrière les barreaux." À nos confrères du Monde, Youssef raconte la mésaventure dont il a été victime vendredi, lors de l'attaque au hachoir près des anciens de locaux de Charlie Hebdo, dans le 11e arrondissement de Paris, qui a fait deux blessés graves.

Interpellé dans le métro, rapidement considéré comme le "deuxième suspect", son seul tort fut d'avoir tenté de rattraper le fugitif, dans les instants qui ont suivi le forfait.

"J’étais en train d’entrer dans ma voiture, quand j’ai entendu les cris d’une femme. Je regarde dans mon rétroviseur pour voir ce qui se passe, puis je sors de ma voiture et j’entends cette fois un homme qui crie : “Non, non, non !” A ce moment-là, je vois un mec suspect qui court en direction du métro Richard-Lenoir, je suis parti directement pour le suivre. (...) Dans ma tête, je vais essayer d’attraper la personne qui a fait ça."

Il narre ensuite avoir vu l'individu se débarrasser d'un grand couteau. Et lorsque Youssef l'a rattrapé dans le métro, il s'est retrouvé nez à nez avec... une lame de cutter. "Il était étonnamment calme. C’est comme s’il attendait tranquillement le métro. Il est monté dedans sans agresser personne et il est parti en direction de Bastille." Le suspect a finalement pu être interpellé peu après sur les marches de l'Opéra-Bastille.

Revenu sur les lieux de l'attaque, il explique aux policiers avoir "suivi le mec". Interpellé, il est rapidement fouillé et menotté, puis emmené au commissariat où il est placé en garde à vue puis conduit en cellule. Là, apeuré, il cogite: "S’ils avaient pas attrapé la personne, s’ils m’avaient gardé à la place… On imagine plein de choses."

Son récit jugé "tout à fait crédible" par une source policière "haut placée" citée par Le Monde, il est finalement libéré peu avant minuit, sans qu'aucune charge n'ait été retenue contre lui et sans même que son domicile ne soit perquisitionné.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.