“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Il volait des scooters à Monaco... pour siphonner le carburant

Mis à jour le 28/02/2020 à 08:42 Publié le 28/02/2020 à 10:15
Le tribunal correctionnel a reconnu l'irresponsabilité pénale du Beausoleillois.

Le tribunal correctionnel a reconnu l'irresponsabilité pénale du Beausoleillois. Photo J.-F.O.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Il volait des scooters à Monaco... pour siphonner le carburant

Ce Beausoleillois déplaçait les scooters dans des zones moins exposées pour voler l'essence... Le tribunal correctionnel de Monaco a reconnu son irresponsabilité pénale.

C’est un quinquagénaire de Beausoleil au passé délinquant surchargé.  Au chapitre de ses antécédents, on note des vols, falsification et usage frauduleux de chèque, recel, menaces, port d’arme, stupéfiants…

À Monaco, il est soupçonné de vols ou recels de quatre scooters entre le 31 mai et le 5 juin 2019. Surtout de la marque Yamaha.

En fait, ce ressortissant italien déplaçait les deux-roues afin de siphonner l’essence plus tranquillement sur le territoire français. Sauf une fois où il a effectué l’opération de transvasement sur le parking du CHPG.

À l’époque, il utilisait le carburant dans un cadre professionnel car il s’était improvisé mécanicien, à l’issue d’une carrière de cuisinier.

Pour l’essence

Dans un premier temps, les policiers repèrent l’individu le 9 juin dernier, vers 18h, au niveau de la place Léo-Ferré, sur le boulevard Princesse-Charlotte. Interpellé et identifié, il est conduit dans les locaux de la Sûreté publique et placé en garde à vue. L’intéressé reconnaît les faits. Les scooters sont retrouvés et remis à leurs propriétaires respectifs.

En l’absence de préjudice, le prévenu est libéré.

Il a comparu sur notification une première fois devant cette même juridiction le 15 octobre. Son avocat, Me Thomas Brezzo, a demandé le report du dossier et sollicité une expertise psychiatrique.

Cinq mois plus tard, ce personnage, aujourd’hui sans profession, n’apparaît pas à l’audience du tribunal correctionnel. Il est incarcéré pour six mois à la prison de Sanremo dans le cadre d’une autre affaire à l’étranger.

La présidente Françoise Barbier-Chassaing a annoncé que l’expertise médicale mentionnait une irresponsabilité pénale. Le placement sous curatelle, une hospitalisation prolongée à l’hôpital Sainte-Marie, la prise prolongée de psychotropes et un état de démence au moment des faits ont conclu à cette dispense de responsabilité de la part du médecin.

Le premier substitut Olivier Zamphiroff n’a émis aucune objection et l’avocat de la défense a fait part de plusieurs décisions de relaxe pour des raisons identiques par la justice française. Le tribunal a donc prononcé la relaxe du prévenu.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.