“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Il vient rendre visite à sa compagne incarcérée sous une fausse identité

Mis à jour le 29/10/2016 à 09:17 Publié le 29/10/2016 à 09:17
Illustration prison Monaco

Il vient rendre visite à sa compagne incarcérée sous une fausse identité

C’est véritablement se jeter dans la gueule du loup! Un ressortissant néerlandais de 20 ans, recherché par la justice allemande, a comparu, menotté, devant le tribunal correctionnel.

Le 16 septembre dernier, il avait l’intention de se présenter à la maison d’arrêt avec une fausse carte d’identité afin de voir sa compagne, incarcérée depuis le 13 septembre pour vol.

En fait, sur une carte nationale italienne, au nom de Sandro Tarassof, il avait agrafé sa propre photo.

Un faux tellement grossier pour les policiers au cours de leur ronde dans les jardins Saint-Martin…

«Vous êtes né au Pays-Bas, vous résidez en Espagne, vous êtes recherché et vous venez en Principauté sous un faux nom avec un document falsifié de manière artisanale. Vous saviez bien que vous preniez des risques», tente de lui faire comprendre le président Florestan Bellinzona.

«J’ai été contrôlé par hasard plus bas que la prison. Je devais revoir ma concubine… J’avais peur d’aller en prison et j’ai deux enfants!» répète le détenu à maintes reprises.

«Cet individu vient dans la ville où la mère de ses enfants est détenue! Il est arrêté à quelques pas de la maison d’arrêt! Il n’a pas rien dit pendant la garde à vue! Tout cela serait fortuit», commente le magistrat.

Pour le procureur Alexia Brianti, le prévenu «a pris des risques qui font partie de la panoplie du délinquant. S’il est incarcéré, c’est parce qu’il est recherché par les autorités judiciaires allemandes. C’est un professionnel».

Une peine de deux mois d’emprisonnement ferme est requise. La défense mettra en exergue un casier vierge et une poursuite engagée «dans une affaire où mon client, mineur, avait juste 16 ans, entraîné par deux majeurs. Aujourd’hui adulte, ce jeune homme d’origine gitane est un père de famille. Il est perdu et il a peur de sa vie gâchée en Allemagne. Faite preuve de clémence pour qu’il puisse repartir pour une nouvelle vie».

Après en avoir délibéré, le tribunal condamnera le prévenu à quarante-cinq jours de prison ferme.


La suite du direct