Rubriques




Se connecter à

"Il nous a ruinés avec cynisme": un expert-comptable s'empare du terrain d'une famille devenu une zone commerciale qui lui rapporte gros

Propriétaires d’un hectare, les Montaut ont été dupés par un ami expert-comptable, désormais actionnaire majoritaire d’une zone commerciale qui rapporte 1 million d’euros de loyers par an.

Christophe Perrin Publié le 08/10/2021 à 10:18, mis à jour le 08/10/2021 à 10:18
Le centre commercial Olympie Antibes se retrouve au cœur d’une bataille judiciaire entre une famille et un expert-comptable. Photo Eric Ottino

Une grande surface d’électroménager, une salle de sport, une résidence hôtelière, un restaurant, un coiffeur, un bazar... Le centre Olympie d’Antibes tourne à plein régime.

Par le passé, sur ce terrain idéalement situé, la famille Montaut possédait une entreprise de négoce de bois. En 1999, à la mort de Fernand, le patriarche, sa veuve et ses enfants en ont hérité. Olivier Montaut, l’aîné de la fratrie, contracte une grave maladie. Persuadé à tort que ses jours sont comptés, il demande à Michel, l’un de ses plus proches amis, expert-comptable reconnu, de valoriser le terrain et de s’occuper de la gestion de la société civile immobilière Sogeterriers.

"J’avais une confiance aveugle"

Michel se fait fort, grâce à ses relations, de relever le défi. En 2008, le capital social de 154.530 euros est réparti à parts égales entre les cinq enfants, la veuve étant l’usufruitière. "J’avais une confiance aveugle, avoue Olivier Montaut, les larmes aux yeux. Nous avions effectué notre prépa HEC ensemble. C’est un homme supérieurement intelligent, charismatique."

Michel devient le gérant de la SCI Sogeterriers à la faveur d’un protocole conclu avec la SCI Sylphaline. À l’origine propriétaire de 3% des parts, il obtient, en échange des services rendus, 50% des parts. Entre 2009 et 2018, par une série d’augmentations de capital et de modifications statutaires, Michel parvient à devenir majoritaire dans le capital social puis fait en sorte de transmettre la totalité du patrimoine à ses enfants.

 

L’avocat parisien d’Olivier Montaut dénombre "pas moins de seize assemblées générales en cinq ans avec des procès-verbaux incompréhensibles même pour ceux qui ont suivi huit ans d’études de droit".

10 millions envolés au Canada

Les frères et sœurs Montaut gardent leur confiance en Michel. Ils signent les yeux fermés. Ils ont tort. Entre-temps, la partie haute du terrain est vendue 6 millions pour l’édification d’un hôtel. La SCI perçoit 10 millions, mais Michel convainc ses associés qu’au regard de la conjoncture, il est plus sage d’investir au Canada. "10 millions sont partis là-bas sans qu’on sache pourquoi", souligne Olivier Montaut.

Aujourd’hui, via les SCI Castain et Sylphaline, Michel et ses enfants détiennent 94% du capital! Au terme de ce bail de 29 ans, Michel récupère la totalité de la SCI. Ou comment, par un habile tour de passe-passe, l’actif de la SCI Sogeterriers de la famille Montaut est passé entre les mains de Michel et de ses proches. Non seulement les enfants de l’expert-comptable se retrouvent à la tête d’un patrimoine de plusieurs millions mais ils ont reçu à titre de dividendes et de réserves 6 millions quand, dans le même temps, la famille Montaut en a touché le dixième, soit 600.000 euros.

Les propriétaires historiques ne possèdent plus aujourd’hui que 4% des titres.

 

Olivier Montaut le constate amer, il a fait entrer un loup dans une bergerie: "On perd tout. Les revenus et le capital." "Mon idée au départ, avec cette SCI, était de protéger ma mère, mes frères et mes sœurs. Lui a vu toutes les faiblesses de notre famille, nous a parfois montés les uns contre les autres et en a tiré profit."

La Zone commerciale pèse aujourd’hui près de 40 millions d’euros

Aujourd’hui, la zone commerciale pèse une quarantaine de millions d’euros. Olivier Montaut réclame 1.390.000 euros de dommages et intérêts à Michel et aux trois SCI qui l’ont, selon lui, dépossédé. "Il nous a ruinés avec cynisme", constate Alexandre, autre membre d’une fratrie dépitée.

Aujourd’hui, les enfants Montaut essaient d’obtenir l’annulation de certaines assemblées générales et des cessions des parts sociales. La famille Montaut attend cet automne une première décision. Elle espère obtenir de la justice l’annulation de l’acte par lequel Michel a décidé unilatéralement, de céder à vil prix la propriété du terrain à ses partenaires, sans passer par une assemblée générale extraordinaire.

C’est le début d’une longue et incertaine bataille judiciaire à la fois au civil et au pénal engagée devant le tribunal judiciaire de Grasse. Michel, contacté pour donner sa version de cette affaire, renvoie vers ses avocats qui n’ont pas, à ce jour, répondu à nos sollicitations.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.