“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Il écope de six mois ferme pour des chèques volés et falsifiés

Mis à jour le 11/10/2016 à 21:19 Publié le 11/10/2016 à 21:21
Le tribunal de Monaco.

Le tribunal de Monaco. Photo Michaël Alesi

Il écope de six mois ferme pour des chèques volés et falsifiés

L'enquête a démontré que l'homme mis en cause avait eu recours à plusieurs manœuvres frauduleuses en matière d'escroquerie dans le courant du mois de mars 2016.

Disons-le d'emblée, le prévenu était absent à l'audience. Inutile d'en chercher les raisons. L'évocation du dossier permet de mieux comprendre pourquoi. Un Tunisien de 22 ans, restaurateur de profession, devait comparaître devant le tribunal correctionnel pour avoir escroqué deux victimes avec un chèque volé et un autre falsifié. L'individu a été condamné à six mois de prison ferme et au paiement de 22.000 euros et des 521 euros réclamés par les parties civiles.

L'enquête a démontré que l'homme mis en cause avait eu recours à plusieurs manœuvres frauduleuses en matière d'escroquerie dans le courant du mois de mars 2016. Afin d'apprécier les éléments de ces infractions, le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle a demandé aux victimes de venir témoigner à la barre.

"J'attends toujours les fonds promis"

Le premier plaignant raconte avoir reçu un chèque de 630 euros pour le règlement d'une machine à café cédée à 521 euros. Très étrange rallonge… Une fois déposé, en effet, le montant inscrit n'est pas crédité sur le compte du bénéficiaire, car le titre de paiement a été volé. "Comme il devait reprendre mon snack, rajoute la victime, cet escroc m'a fait une reconnaissance de dette de 60.000 euros. J'attends toujours les fonds promis… Il m'a mené en bateau pendant plusieurs mois et mes économies ont fondu…"

La seconde personne, propriétaire du logement occupé par l'arnaqueur, a déposé plainte pour un chèque falsifié. Remis par un débiteur pour rembourser un dû de 200 euros, le filou a modifié la somme pour faire apparaître un ordre de 22.000 euros afin de payer plusieurs mensualités de 5.000 euros de loyer en retard.

"Il a disparu"

Conséquence: la banque émettrice a rejeté la demande pour compte clôturé! "La perquisition au domicile de ce mufle, déclare-t-elle à la barre, n'a rien apporté. Il a disparu…" Le président souligne alors que "le prévenu a été interpellé le 19 juillet dernier par les policiers, avenue des Citronniers, avec deux personnes, dont une est connue par Interpol pour escroquerie. Interrogé par les enquêteurs sur les deux chèques frauduleux, il ne comprend pas et ne sait pas… On regrette l'absence de l'intéressé à cette audience afin qu'il s'explique…"

Tout comme le premier substitut Olivier Zamphiroff. "Cela aurait certainement permis de connaître sa véritable identité. En regard d'autres auditions, il serait également le gérant d'une société française, Monaco Groupe Diffusion. Le prévenu a l'air de faire surtout commerce d'escroquerie et de fraude. Tout n'est pas très clair quand on voit la manière dont il jongle avec les chèques volés, chèques falsifiés, reconnaissances de dettes, loyers impayés. Il est très inquiétant de savoir que pareille personne gère une affaire commerciale dans le pays voisin… "

Par rapport à l'image et au préjudice subi, une peine de six mois d'emprisonnement ferme sera requise. Le tribunal acquiescera. 

à partir de 1 €


La suite du direct