“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Héliport: une fréquentation record durant le Grand Prix

Mis à jour le 01/06/2013 à 11:58 Publié le 30/05/2013 à 07:09
Le ballet des appareils a été millimétré durant les quatre jours du Grand Prix qui a vu plus 1 479 mouvements et 3 651 passagers passer par l'héliport monégasque.

Le ballet des appareils a été millimétré durant les quatre jours du Grand Prix qui a vu plus 1 479 mouvements et 3 651 passagers passer par l'héliport monégasque. Eric Dulière

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Héliport: une fréquentation record durant le Grand Prix

Entre le retour d’une clientèle haut de gamme et une affluence qui augmente de 17% sur la seule journée de dimanche, le tarmac de Fontvieille a retrouvé sa splendeur d’avant la crise

Entre le retour d’une clientèle haut de gamme et une affluence qui augmente de 17% sur la seule journée de dimanche, le tarmac de Fontvieille a retrouvé sa splendeur d’avant la crise

Loin du circuit et des monoplaces, le tarmac de l'héliport de Monaco a subi lui aussi la folie Grand Prix, drainant à bord de ses multiples appareils, une bonne partie de la clientèle haut de gamme présente à l'événement.

Et le cru 2013 de cette 71e édition, annoncé comme excellent cette année, en terme de fréquentation, se vérifie aussi du côté des passagers qui ont foulé la piste de Fontvieille.

La direction de l'aviation civile, en charge de la gestion administrative et commerciale de l'héliport, fournit des chiffres records. « Nous avons enregistré 1 479 mouvements (atterrissage ou décollage, ndlr) sur les quatre jours du Grand Prix, soit 3 651 passagers. Le dimanche comptabilise à lui seul 730 mouvements et 1 548 passagers, soit 17 % de plus que l'année dernière. Nous n'avions pas atteint ces chiffres depuis 2001 ! » analyse Bruno Lassagne, directeur de l'aviation civile, en place depuis juillet dernier.

Une rotation toutes les 30 secondes

Un baptême du feu pour cet ancien haut responsable de l'aviation bastiaise qui s'est dit « satisfait de l'organisation très bien huilée de mon équipe de 16 personnes mais aussi des compagnies aériennes qui ont su gérer comme il se doit l'intensité de ces quatre jours. »

Et avec un hélicoptère décollant ou atterrissant en moyenne toutes les 30 secondes, le ballet se doit d'être millimétré.

Du côté d'Héli Air Monaco, l'une des deux compagnies monégasques qui partagent les locaux de l'héligare, le personnel était évidemment réquisitionné dans sa totalité - une centaine de salariés - pour gérer ce « week-end très important pour la compagnie et qui donne le ton de la saison », souligne Estelle Perez de Diego, directrice commerciale.

Et la compagnie d'aviation historique de Monaco devrait voir les prochains mois sous de meilleurs auspices que les années précédentes, qui ont été fortement marquées par la crise. Héli Air Monaco peut en effet se targuer d'avoir géré environ 65 % du trafic durant ces quatre jours - son concurrent Monacair ne volant que très peu et les quelque 30 % restant, contrôlés par les compagnies françaises.

« Avec quasiment 1 200 passagers, uniquement sur la journée de dimanche on retrouve les chiffres d'avant la crise. Depuis 2007, il faut admettre que nous étions sur une pente descendante », révèle Estelle Perez de Diego.

Héli Air Monaco a donc de quoi être satisfait de son Grand Prix même si son pdg, Jacques Crovetto, reste prudent : « Normalement le Grand Prix donne une tendance pour la saison mais il est encore trop tôt pour dire que nous sommes sortis de la crise. » Résultat en septembre.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.