“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Fortes amendes pour diffamation de personnalités monégasques sur Internet

Mis à jour le 05/03/2013 à 11:48 Publié le 05/03/2013 à 07:05
La justice monégasque a voulu marquer un grand coup, afin d'éviter la multiplication des dénigrements sur le web.

La justice monégasque a voulu marquer un grand coup, afin d'éviter la multiplication des dénigrements sur le web. illustration Gérard Baldocchi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Fortes amendes pour diffamation de personnalités monégasques sur Internet

Fait inhabituel pour le tribunal correctionnel de Monaco qui se penche sur une affaire liée à de la diffamation de personnalités monégasques via l'Internet. Reconnus coupables, un ressortissant suédois et son épouse ont été condamnés à de fortes amendes.

Fait inhabituel pour le tribunal correctionnel de Monaco qui se penche sur une affaire liée à de la diffamation de personnalités monégasques via l'Internet. Reconnus coupables, un ressortissant suédois et son épouse ont été condamnés à de fortes amendes.  

Internet demeure un formidable outil d'information... Et de désinformation ! Où tout peut être dit et contredit ! Combien de pages web affichent diffamation, injure ou dénigrement sans en apporter la preuve ? Pour éviter de favoriser ces infractions et notamment des atteintes à la réputation de personnalités monégasques, le tribunal correctionnel s'est penché sur un dossier inhabituel « connecté » à la Toile.

Déchaînement sur le web

Les faits remontent au mois de juillet 2011. Ils sont décrits par le président Cyril Bousseron en l'absence des deux prévenus : Monica et Carl David.

A cette date, ce ressortissant suédois demeurant en Principauté, a mis sur Internet plusieurs textes, citations et courriers afin de dénoncer le plus grand scandale qu'aurait connu le pays. Considéré comme un déni de justice, il désigne des hauts fonctionnaires, magistrats, avocat, huissier et consul de Suède à Monaco dans « l'affaire des agrafes, du stylo marqueur et du bug informatique ».

Les raisons de ce déchaînement épistolaires sur le web ? Un divorce difficile avec une épouse iranienne et une histoire de bijoux.

Deux parties civiles, par la voix de Me Franck Michel, ont demandé le versement de l'euro symbolique. « C'est choquant de se livrer par le biais d'Internet à une véritable entreprise de destruction par des accusations monstrueuses inventées de toutes pièces. Tout relève du délire et de la rumeur. »

Le procureur Jean-Jacques Ignacio est également partisan de la fermeté et de l'application d'une loi Internet. « Il faut cliquer dans le marbre... Afin de dépasser la jurisprudence française basée sur l'arrêt de la cour de cassation du 16 octobre 2001 avec un point de départ de la prescription au premier jour de la publication pour une durée de six mois en Principauté. Est-ce réaliste pour Internet ? »

Le tribunal sanctionnera respectivement Carl David et Monica à des sommes de 3.000 € et 2.000 €.

*Aline Brousse et Patricia Hoarau, assesseurs.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.