“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Fiscalité, logements : la double équation des Enfants du pays

Mis à jour le 26/12/2013 à 08:40 Publié le 26/12/2013 à 07:01
De gauche à droite : Rémy Bertola, Jean-René Manfredi, Christian Grimaldi, Géraldine Motillon, Didier Dorfmann et Sébastien Boffa.

De gauche à droite : Rémy Bertola, Jean-René Manfredi, Christian Grimaldi, Géraldine Motillon, Didier Dorfmann et Sébastien Boffa. archive Eric Dulière

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Fiscalité, logements : la double équation des Enfants du pays

Plus que jamais, l’association est déterminée à faire entendre la voix de ces Français qui vivent une situation« discriminatoire » selon elle. Prochaine étape : un rendez-vous avec le ministre d’Etat, Michel Roger, le 7 janvier

Plus que jamais, l’association est déterminée à faire entendre la voix de ces Français qui vivent une situation« discriminatoire » selon elle. Prochaine étape : un rendez-vous avec le ministre d’Etat, Michel Roger, le 7 janvier

Fiscalité, logements… Logements, fiscalité… L'association des « Enfants du pays » n'en finit pas de défendre sa cause. Les membres du bureau de cette jeune association frappent à toutes les portes pour faire entendre leur voix. Prochain rendez-vous en date : « Le 7 janvier, avec le ministre d'État Michel Roger, suite à un courrier envoyé au Palais», se réjouit Géraldine Motillon.

Dans un courrier de six pages, cette présidente pour le moins déterminée, rappelle ses deux objectifs. Pour les Français de Monaco : la transmission du certificat de domicile ; pour tous les enfants du pays : la création d'un statut et des facilités de logement.

Situation de ras-le-bol

Considérant que leur domiciliation fiscale en France, alors qu'ils résident et travaillent à Monaco, est « discriminatoire », les « Enfants du pays » sont prêts à aller devant la cour européenne des Droits de l'homme. « Mais il faut au moins trois ans pour que notre demande soit acceptée.Ça va prendre au moins dix ans. Au niveau français, on ne se fait pas d'illusion : il n'y a aucun espoir. »

Géraldine Motillon avec Jean-René Manfredi, Christian Grimaldi, Rémy Bertola, Didier Dorfmann ne veulent renoncer à aucune piste. « On ne va pas s'arrêter quoi qu'il arrive. Il faut une vraie justice. Nous sommes dans une situation de ras-le-bol. On n'a pas l'impression qu'il y ait une volonté politique. »

L'association veut comptabiliser « les familles qui sont en péril. Ces gens se retrouvent à la rue du jour au lendemain. Il faudrait que Monaco trouve une solution pour eux ; même provisoire. On ne sait jamais à qui sont attribués les logements dans le secteur protégé. Il n'y a pas de transparence. On va demander à ce que la liste des appartements vacants puisse nous être donnée. On va également demander que lorsqu'un immeuble est démoli il y ait des étages reconstruits pour les enfants du pays. Pas question de vivre au crochet de Monaco. »

Géraldine Motillon évoque également l'affection des « Enfants du pays pour Monaco. Ce ne sont pas uniquement les pendulaires qui viennent prendre l'argent à Monaco et repartent le dépenser ailleurs. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.