“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Feux d'artifice à Monaco: "L'année est exceptionnelle"

Mis à jour le 28/07/2014 à 10:16 Publié le 28/07/2014 à 10:12
Les Espagnols ont tiré plus de trois mille projectiles hier soir.

Les Espagnols ont tiré plus de trois mille projectiles hier soir. Michael Alesi

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Feux d'artifice à Monaco: "L'année est exceptionnelle"

Dimanche a été tiré le deuxième feu de la finale qui réunit cet été les vainqueurs des quatre dernières années. Les artificiers espagnols ont travaillé deux jours d’arrache-pied

Dimanche a été tiré le deuxième feu de la finale qui réunit cet été les vainqueurs des quatre dernières années. Les artificiers espagnols ont travaillé deux jours d’arrache-pied

Ils sont arrivés samedi matin, à l'aube. Les Espagnols ont tiré, hier à 22 heures, le deuxième feu du « best of » des quatre dernières années du concours international de feux d'artifice pyromélodiques. « C'est une année exceptionnelle »,lance Jacques Pastor, conseiller communal, délégué à l'Espace Léo-Ferré.

Sous l'œil d'un sapeur-pompier

Sur la digue du port Hercule, les Espagnols de la société Zaragozana ont déployé tout leur matériel : mortiers, allumeurs, ordinateurs… Hier, à 17 heures, tout était prêt pour le rendez-vous de 22 heures. Tout, sauf qu'il fallait impérativement avoir l'avis favorable de la commission technique. Et ce n'est pas juste une formalité !

Une petite délégation accompagne les artificiers. Le capitaine Didier Thibaudin, chef du bureau opération transmission planification, est l'un des quatre sapeurs-pompiers de Monaco formés aux artifices. « Là, c'est carré. Le périmètre de sécurité de 200 mètres est respecté. Les mortiers sont amarrés correctement. Des extincteurs sont installés tout le long de la digue. »17 h 30 : l'accord est donné. Lise Bricoux, responsable de l'Espace Léo-Ferré, appose sa signature sur le document qui autorise en tir.

Et, cerise sur le gâteau, « Les conditions météorologiques sont très bonnes », assure Jacques Couturier, qui assure l'interface technique entre la mairie de Monaco, organisatrice, et l'artificier.

L'ennemi : le vent

La légère brise orientée mer est un facteur supplémentaire pour donner le meilleur à voir : les fumées peuvent s'évacuer vers le large. Mais pas question que la brise ne se transforme en vent violent.« Au-delà de 54 km/h, si le vent est en direction du public, le feu ne peut pas être tiré », explique Jacques Couturier.

Quant à la pluie, pas de problème ! « Ce n'est pas un handicap. En 2000 au Brésil, j'ai tiré un feu alors qu'il pleuvait des trombes. Mais l'eau était à 28 degrés… Ça ne dérangeait personne ! » Sauf qu'ici, les gouttes savent faire fuir le public… Heureusement qu'hier soir, le temps est resté clément.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.