“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Feux aux entrées de l'A57 à Toulon: des riverains voient rouge

Mis à jour le 01/05/2014 à 08:20 Publié le 01/05/2014 à 08:15
Les deux entrées sur l'A 57 au Tombadou sont régulées en permanence par deux feux tricolores fonctionnant en alternance.

Feux aux entrées de l'A57 à Toulon: des riverains voient rouge

L’utilité des feux tricolores à l’échangeur Tombadou ne convainc pas les riverains.Ils demandent leur suppression pour éviter les bouchons qui se forment sur les voies urbaines

L’utilité des feux tricolores à l’échangeur Tombadou ne convainc pas les riverains.Ils demandent leur suppression pour éviter les bouchons qui se forment sur les voies urbaines

Faut-il envisager la suppression de deux des feux de régulation du trafic pour accéder à l'A57 en direction de Nice au Tombadou à Sainte-Musse ? « Oui »répondent d'un ton unanime et ferme des représentants de riverains de l'est de Toulon - nord-est, Sainte-Musse-La Ginouse -, et du sud valettois - La Coupiane-Valsud, l'Enclos.

L'utilité de la mise en service progressive de ce dispositif, depuis l'ouverture, le 19 mars, du tunnel sud dans le sens Marseille-Nice pour optimiser les flux de l'A57 en sortie Est - Léon Bourgeois, Benoit-Malon, et Tombadou - n'a pas du tout convaincu.

« Ça n'existe pas à Paris ou à Lyon »

« C'est une aberration de mettre des feux à l'entrée d'une autoroute. Ce n'est absolument pas une obligation », tacle Alfred Saki, président du Cil de Toulon nord-est, aux côtés d'Yves Denis. L'accès au périphérique parisien, au trafic nettement supérieur à celui de l'autoroute est de Toulon, est dépourvu de feux, tout comme celui de Lyon, avec le tunnel de Fourvière, à l'exception de grandes migrations », alerte-t-il, dans une lettre adressée le 3 avril au préfet Laurent Cayrel.

« Ces feux tricolores fonctionnent sans arrêt, même quand il n'y a personne sur l'autoroute », s'étonne Gilbert Daumas, président du Cil Sainte-Musse-La Ginouse, en présence de Jean-Paul Chabert, membre.

La raison principale, invoquée par la Dirmed, exploitant le réseau autoroutier, est d'éviter, par mesure de sécurité, le croisement de flux de véhicules qui s'insèrent sur l'A57.

« Ce raisonnement sécuritaire ne tient pas », lâche Alfred Saki. De l'autre côté, on a deux entrées de voies sur l'autoroute, l'une qui arrive de l'avenue Mirasouleou et une de Nice. Nous avons le même problème inverse, et là, ils n'ont pas mis de feux. Alors pourquoi en mettre au Tombadou ? »

«Il suffit de respecter le code de la route. Il y a des balises. Comment faisait-on auparavant ? D'autant qu'il n'y a jamais eu d'accident, à ma connaissance», interpelle Gilbert Daumas.

Le contraire d'une voie d'accélération

Et de mettre en avant « une bretelle d'accès à l'autoroute est, par définition, une voie d'accélération. Or, là c'est tout l'inverse. »En dehors des heures de pointe, démarrer à un feu tricolore sur une bretelle d'accès n'est, selon eux, pas sans risque. Les bienfaits de l'ouverture du tube sud sur la circulation en ville libérée de 3600 poids lourds par jour, ne sont pas contestés. Elle est le moteur du futur plan de circulation pour lequel la ville, trés alerte sur la question du trafic, travaille. Pour autant, il reste des améliorations à apporter. Dans le collimateur : les ralentissements importants constatés sur la voie urbaine, en sortie de Benoît Malon, notamment sur l'avenue Mirasouleou, et depuis le nouveau giratoire du boulevard des Armaris, et l'avenue Sainte-Claire Deville, à Sainte-Musse. « À certaines heures, de longues files d'attente de véhicules se forment dans tout le secteur du Tombadou, Sainte-Musse, Matisse », déplore Jean-François Gueytand, président du Cil La Coupiane Val-Sud, aux côtés d'Alain Chauveaud, membre du conseil d'administration.

« Grand Sud Coupiane, c'est-à-dire, le quartier de La Coupiane-Valsud, est devenu la voie de délestage d'une autoroute étriquée », alerte-t-il dans un courrier daté du 4 avril adressé à Christiane Hummel, sénateur-maire de La Valette. Et de dénoncer des remontées de file jusqu'à La Coupiane. Idem dans le secteur valettois de l'Enclos comme le constate Jean-Marie Ferrero, président du Cil. Ce qui a conforté la demande de supprimer les feux tricolores, et non plus en dehors des heures de pointe, comme l'avaient, un temps, envisagé les riverains.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.