Feu au Château d'Azur: 50 résidents évacués

Dans la nuit de jeudi à vendredi, vers 23 heures, le concierge de l'immeuble « Le Château d'Azur », sis au 44, boulevard d'Italie, voit débouler du premier étage une dame âgée de 91 ans.

Article réservé aux abonnés
A.C. Publié le 05/02/2016 à 05:08, mis à jour le 05/02/2016 à 05:08

Dans la nuit de jeudi à vendredi, vers 23 heures, le concierge de l'immeuble « Le Château d'Azur », sis au 44, boulevard d'Italie, voit débouler du premier étage une dame âgée de 91 ans. Affolée, la résidente du premier étage indique qu'un incendie s'est déclaré dans la salle de bains.

Aussitôt, le concierge prévient les secours. Pompiers et policiers débarquent quelques minutes plus tard dans l'immeuble, déjà encombré d'épaisses fumées noires.

Pendant que des pompiers s'attaquent à l'incendie qui sévit dans la salle de bains de cet appartement du premier étage, d'autres s'emploient à ventiler l'immeuble.

 

Compte tenu de l'importance des fumées dégagées, les secours décident alors de procéder à l'évacuation des occupants du premier étage et des niveaux supérieurs. En tout, une cinquantaine d'occupants se retrouvent dans la rue, le temps que les sapeurs-pompiers évacuent toute la fumée accumulée dans les parties communes.

Peu après minuit, l'intervention était terminée et les habitants du Château d'Azur pouvaient réintégrer leur appartement. Seule la dame résidant dans le logement sinistré a dû être relogée. En l'occurrence, chez son fils.

Par bonheur, l'incendie n'a fait aucun blessé. Aucun des occupants de l'immeuble n'a même été incommodé par les fumées. Aucun transport à l'hôpital n'a été nécessaire.

Selon les premières constatations, l'incendie, qui n'a finalement touché que la salle de bains de cet appartement, aurait été causé par un chauffage d'appoint, allumé près de serviettes de toilette qui, du coup, auraient pris feu.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.