Rubriques




Se connecter à

Fête de la musique à Antibes: au moins cinq victimes de piqûres, des analyses en cours

Cinq personnes, victimes de piqûres par seringue, ont été prises en charge par l’hôpital antibois. Des analyses sont en cours.

Emilie Moulin Publié le 22/06/2022 à 22:11, mis à jour le 22/06/2022 à 22:19
La fête de la musique a réuni beaucoup de monde dans les rues d'Antibes. Photo Clément Tiberghien.

Il voulait danser, chanter... Pas se faire piquer! Ce mardi soir, Clément F. se balade dans la vieille ville d’Antibes pour célébrer la Fête de la musique. À minuit, l’ambiance est à son comble dans les rues bondées lorsqu’une sensation étrange alerte l’étudiant en commerce: "J’avais comme des fourmis dans le bras gauche. J’étais engourdi et j’ai remarqué un petit point rouge sur mon épaule."

Inquiétée par la vague de piqûres en boîte de nuit ces dernières semaines, son amie se rapproche de policiers sur place pour demander si des personnes sont venues se plaindre. "Ils nous ont répondu qu’il y avait eu plusieurs cas dans la soirée. Des secouristes nous ont conseillé de foncer aux urgences", relate Clément.

Confirmation médicale

Au centre hospitalier d’Antibes, le diagnostic tombe: la marque sur son épaule provient bel et bien d’une piqûre par seringue. "Comme je me sentais bien, le médecin m’a rassuré en me disant que je n’avais certainement pas été drogué. Il m’a fait une prise de sang pour le VIH, mais c’est encore trop tôt pour le détecter. Je vais devoir la refaire dans six, puis douze semaines", indique le jeune homme en colère.

 

"Je vais aller porter plainte contre X ce jeudi. Qui fait ça et pourquoi? J’ai peur qu’on me découvre quelque chose, plus tard." Quand bien même, il l’assure: "Je vais continuer à sortir… Mais je vais éviter les foules, désormais."

Contacté par nos soins, l’hôpital d’Antibes confirme avoir pris en charge cinq victimes de piqûres par seringue dans la nuit. "Toutes se sont présentées aux urgences sans symptômes et sont rentrées chez elles après le diagnostic", a souligné son directeur, Bastien Ripert, sans préciser si les personnes venaient comme Clément du vieil Antibes ou pas. "C’est la première fois que nos urgences accueillent ce genre de situation, a-t-il ajouté. Les victimes peuvent aussi se diriger vers notre service infectiologie".

Du côté du commissariat de police, aucun plaignant ne s’est encore présenté pour signaler un cas.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.