“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Escroquerie : deux mois pour un menteur absolu

Mis à jour le 18/05/2016 à 05:06 Publié le 18/05/2016 à 05:06
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Escroquerie : deux mois pour un menteur absolu

C'est un dossier qui se déroule sur fond d'amitié et de confiance en l'autre. Un homme écope de plusieurs mois de prison ferme pour avoir encaissé des chèques au nom d'un de ses « amis »

L'histoire est classique. Deux êtres humains se rencontrent. Le courant passe. Une relation démarre. C'est le début d'une amitié. Au fil du temps, les deux hommes deviennent de plus en plus proches. La confiance s'installe. Sauf que parfois, à ce moment-là, tout dérape. La proximité devient un moyen d'action, la confiance une faille qu'il est possible d'exploiter. Une affaire d'escroquerie se joue, en toile de fond de ces éléments. Et l'histoire se termine devant la justice. Hier matin, il a été question de tout cela, devant le tribunal correctionnel de Monaco.

Au centre du dossier, des chèques

Au centre du dossier, il y a quatre chèques. Un de 9 500 euros, un autre de 5000, un troisième de 4 500 euros, et un dernier de 1 000.

On reproche à François, un quadra belge, de les avoir subtilisés à la partie civile, d'avoir inscrit de grosses sommes sur les chèques, noté son nom à la ligne de l'ordre, et d'être allé les encaisser. C'était entre 2014 et 2015, mais ni le prévenu ni la partie civile ne se sont déplacés à l'audience pour s'expliquer ou apporter des précisions sur les faits.

Ces faits, François les a reconnus lors de ses auditions. Et les a un peu expliqués. Selon ses déclarations, tout remonterait au moment où la partie civile s'installe en Principauté, avant les faits. L'homme, un ressortissant belge, tombe sur François par des connaissances. Au fil du temps, tous deux deviennent amis. Et puis la victime doit verser la caution de l'appartement qu'il veut louer. François lui aurait avancé 15 000 euros, sans être remboursé. D'où les chèques.

« Menteur absolu »

L'explication ne convainc pas vraiment Me Patrice Lorenzi, le conseil de la partie civile. Selon lui, c'est « une escroquerie dite classique ». Et derrière les faits, il y aurait un « menteur absolu, comme tout escroc ».

La substitut du procureur Alexia Brianti va dans le même sens. Elle évoque des « faits simples, reconnus ». Le prévenu aurait « profité d'une situation de confiance absolue pour encaisser les chèques ». La représentante du ministère public requiert une peine d'emprisonnement ferme, trois mois. François écope de deux mois d'emprisonnement ferme. Il devra verser 23 000 euros de dommages et intérêts à la victime.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.