“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

En route sur la banquette du train touristique monégasque

Mis à jour le 13/08/2013 à 09:06 Publié le 13/08/2013 à 07:00
L'été, jusqu'à 2 000 visiteurs par jour profitent de cette balade à la fraîche sous les cieux monégasques. Chaque année, ils sont 220 000.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

En route sur la banquette du train touristique monégasque

Le tortillard est pris d’assaut chaque jour par plus d’un millier de visiteurs qui, en quarante minutes, profitent d’une balade commentée de Monaco. On l’a testé pour vous

Le tortillard est pris d’assaut chaque jour par plus d’un millier de visiteurs qui, en quarante minutes, profitent d’une balade commentée de Monaco. On l’a testé pour vous

Aux couleurs de Monaco. L'air tout fier. Avec sa locomotive et ses trois wagons. Le petit train atteint l'esplanade du musée océanographique. Sur le côté, la file d'attente s'étoffe. Une foule qui n'attend pas son sésame pour aller à l'aquarium. Mais pour embarquer à bord du train touristique de Monaco. Les trois tortillards rouge et blanc de dix-huit mètres de long apparus en 1987, modernisés depuis, ne désemplissent pas. « Huit euros pour les adultes et quatre pour les enfants. La balade dure entre trente et quarante minutes», ergotent en boucle les deux hôtesses de caisse. « Pas franchement bon marché ! rouspète une maman avec ses deux minots.Mais bon, on y va !»

Une affaire de famille

Hop. Le chauffeur déchire les tickets. La virée s'annonce cocasse dès la descente de l'avenue de la Porte-Neuve. Casque vissé sur la tête, les Roant venus de Lille sont attentifs. Au choix, douze langues dont le russe, japonais, chinois et polonais.

Boulevard Albert-Ier ? Non, ligne de départ du Grand Prix, voyons ! Un moteur ronflant en bruit de fond et la voix chatoyante de l'audioguide qui confie que « l'événement est suivi par 200 000 spectateurs ».

« Les commentaires, nous les élaborons nous-mêmes. Cela demande une actualisation permanente », note Sébastien Ginola, qui gère avec son épouse Isabelle, la locomotive. Entouré de six employés, le frère du footballeur David Ginola a repris en 1998, l'affaire créée il y a vingt-cinq ans par le père de sa femme, André Sangiorgio. « Ce petit train, c'est une histoire de famille. Qui subsiste dans son jus. Même si on a eu de cesse d'améliorer le système. Plus écolo, davantage de langues disponibles, de trains. On se met en quatre pour le confort des visiteurs ».

Retour au port Hercule, le tortillard se fraie un chemin entre les coupés sport. Sur son passage, les touristes se retournent. Les gosses se roulent par terre dans une supplication capricieuse. « Maman, maman ! On fera un tour de train ! »

Le casino «si cher à James Bond»

Montée sinueuse par les Spélugues. Sur la Place du Casino « chère à James Bond », les voyageurs, bien équipés, sortent l'artillerie lourde. Ça tourne dans les caméras. « Vous pouvez nous prendre en photo avec le casino derrière. C'est magique ! » demandent les jeunes Londoniens Paul et Lisa, en tendant leur smartphone.

Retour sur le rocher. Avec, dans les écoutilles, une synthèse sociodémographique. « Le chômage est quasi inexistant à Monaco», « 32 000 habitants, 125 nationalités, 1 policier pour 60 habitants… » Place du Palais, le conducteur agite la sonnette pour faire décamper les groupes postés sur la route. « Le Prince… » poursuit l'audioguide. Monica Jimenes, de Barcelone, fronce les sourcils. « Mais pourquoi nous parle-t-on autant du Prince et de la famille princière ?… Ca me paraît très étrange. » Trop tard pour expliquer la spécificité monégasque. Terminus. Tout le monde descend. Les banquettes en similicuir brun n'ont pas le temps de se regonfler que déjà d'autres visiteurs les pressent. Et le petit train reprend son manège…
 


Savoir +

Ouvert de mi-février à mi-novembre 10 à 17 heures.
Départ devant le Musée océanographique.
Tarifs : 8 euros, 4 euros pour les enfants de 2 à 8 ans.
Durée du circuit : 40 minutes.
Rens. : 377.92.05.64.38. ou sur www.monacotours.mc


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.