“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Elle boit trop de champagne au Bal de la Rose et percute la barrière du parking en repartant avec sa Mini

Mis à jour le 26/10/2017 à 20:22 Publié le 26/10/2017 à 19:47
A l’issue du Bal de la Rose, la conductrice d’une Mini Cooper a percuté une barrière en sortant de ce parking.

A l’issue du Bal de la Rose, la conductrice d’une Mini Cooper a percuté une barrière en sortant de ce parking. Photo Michael Alesi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Elle boit trop de champagne au Bal de la Rose et percute la barrière du parking en repartant avec sa Mini

D’emblée, le conseil de la prévenue, Me Clyde Billaud, a demandé la nullité de la procédure. Il estimait, à l’audience, que la qualification de conduite sous l’empire d’un état alcoolique ne pouvait être retenue contre sa cliente.

L’avocat contestait le résultat de la prise de sang effectuée dans un laboratoire radié du registre du commerce.

Il obtiendra la nullité de l’acte de procédure relatif aux prélèvements sanguins.

L’évocation du dossier pouvait toutefois commencer. Nous sommes au soir du 63e Bal de la Rose, donné au profit de la Fondation Princesse Grace, avec son voyage au cœur de la grande Vienne.

Une sexagénaire, résidant en Principauté, apporte son concours à cette œuvre de bienfaisance et boit uniquement du champagne. À l’issue de ce rendez-vous mondain, elle prend son véhicule et dépose au passage une amie au Mirabeau.

"RIEN À VOIR AVEC LA BOISSON"

 

Au moment de sortir du parc de stationnement, la conductrice aurait eu un problème de freinage. Ce 19 mars 2017, vers 1h30, en effet, le gardien du parking du Métropole alerte la Sûreté publique: une Mini Cooper a heurté la barrière et causé des dégâts.

Les policiers arrivent et constatent l’ivresse de la conductrice. Comme il lui est impossible de souffler, ils la transportent au CHPG. 

Résultat: 1,40 g d’alcool par litre de sang. Le président Jérôme Fougeras-Lavergnolle s’informe sur la quantité de coupes de champagne. "Cela n’a rien à voir avec la boisson, se défend la prévenue. J’ai eu un problème de freinage et j’ai heurté intentionnellement le mur. C’était la seule façon de m’en sortir pour m’arrêter. J’avais déjà eu ce genre de panne sur l’autoroute et j’avais porté la voiture dans un garage. C’est vrai, j’avais peur. Angoissée de ce qui pouvait m’arriver, j’ai paniqué…"

800 € D'AMENDE

 

Le premier substitut Olivier Zamphiroff doute: "L’ivresse manifeste est caractérisée malgré la justification avancée. Rien ne se rapporte vraiment à un éventuel problème technique. Cette femme n’a aucun casier. Vous la condamnerez à une peine modérée et de bienveillance: une amende de 2.000 euros avec sursis."

Évidemment, l’avocat sollicitera la relaxe. «Ma cliente a bu ce qu’on lui a servi à table. Il n’y a aucune conséquence de l’ivresse. D’ailleurs, la fiche du policier est en pleine contradiction avec celle remplie par le professionnel de santé. C’est uniquement la faute du freinage et les agents n’ont fait aucune expertise. L’assurance a réglé tous les frais occasionnés…»

Le tribunal optera pour la condamnation: 800 euros d’amende.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.