Rubriques




Se connecter à

École d'arts plastiques: pleins feux sur le pavillon Bosio à Monaco

Une journée portes ouvertes était organisée hier pour présenter notamment le cursus professionnel qui mène actuellement 60 étudiants aux métiers de l’art de la scénographie

J.d. Publié le 23/03/2014 à 07:08, mis à jour le 23/03/2014 à 08:56
Ecole d'arts plastiques :  pleins feux sur le - 24788533.jpg
Marie-Hélène Savigneux, administratrice (à gauche), Dominique Drillot, créateur lumière et professeur de scénographie, et Daphnée Corregan, céramiste, encadrent les étudiants du pavillon Bosio. Michael Alesi

Une journée portes ouvertes était organisée hier pour présenter notamment le cursus professionnel qui mène actuellement 60 étudiants aux métiers de l’art de la scénographie

J'ai fait mes trois premières années d'étude à l'école des Beaux-Arts de Toulon. Je poursuis maintenant à Monaco parce que je peux être en lien direct avec les danseurs et l'encadrement des Ballets de Monte-Carlo. C'est une opportunité exceptionnelle pour moi qui veut travailler dans l'univers de la scène. »Vanessa Zarrouk, 25 ans, doit décrocher cette année son diplôme national supérieur d'expression plastique (DNSEP), aboutissement d'un cursus de cinq années d'études post-baccalauréat. Spécialisée pour orienter les élèves dans la mention art et scénographie, l'École supérieure d'arts plastiques - pavillon Bosio est une petite école. Soixante élèves au total.

Un cocon géré par la mairie de Monaco où chacun peut s'initier aux multiples métiers des arts du spectacle et - surtout - où la pratique avec des professionnels et des institutions culturelles est un passage obligé.

 

« Unique en France ! »

« C'est l'exercice professionnel de notre école », explique Dominique Drillot, artiste lumière, fidèle collaborateur de Jean-Christophe Maillot, directeur-chorégraphe des Ballets de Monte-Carlo, également professeur à l'ESAP.

Gilbert della Noce, artiste et professeur d'art et scénographie, souligne « cette chance énorme »pour les élèves d'être en contact direct avec le monde professionnel.

Un monde fait de contraintes : les élèves et les Ballets de Monte-Carlo n'ont, par exemple, plus qu'un mois pour finaliser leurs créations programmées du 24 au 26 avril prochain*... et l'organisation des plannings est souvent un casse-tête entre le rythme de l'école et celui de la compagnie de danse régulièrement en tournée...

Un monde fait aussi d'extraordinaires opportunités : « Les équipes des Ballets travaillent avec la même rigueur que pour une création de Jean-Christophe Maillot »,souligne Dominique Drillot. C'est unique en France ! »

Et cette collaboration entre l'ESAP et la compagnie de danse n'est pas la seule. les élèves travaillent aussi avec le Fonds régional d'art contemporain (FRAC), le Théâtre de la Criée, le Nouveau Musée national de monaco, l'Opéra de Monte-Carlo, le Printemps des arts,... Autant d'expériences qui permettent de mieux démarrer une carrière professionnelle...

 

 

* Du 24 au 26 avril, à 19 heures, les Imprévus, à l'atelier des Ballets de Monte-Carlo (réservé aux possesseurs de la carte Balletsde Monte-Carlo). Plus d'infos : www.balletsdemontecarlo.com

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.